L'histoire et les légendes Normandes vues par Solange

Partage de l'amour de la Normandie

 

Vous avez dit « Le Mauvais? » 20 octobre 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 35 min

  Si la vie de Charles le Mauvais  ne fut pas un long fleuve tranquille,  sa mort le 1° Janvier 1387  ne fut pas banale.  

  Charles II de Navarre,  comte d’Evreux , dit  le Mauvais est   né le 10 Octobre 1332 avec » des origines aux Fleurs de Lys » de tous côtés  diront ses contemporains. C’est pourquoi  Il  s’estimait spolié, frustré de n’avoir pu accéder à  la couronne de France.  Intrigant, il a passé sa vie à comploter, tantôt avec l’un tantôt avec  l’autre mais là n’est pas mon propos: Je laisse le soin aux historiens de démêler l’écheveau de l’histoire et des  démêles du Roi de Navarre  avec les grands de l’époque.

Revenons à sa mort :  Je voudrais ouvrir une petite parenthèse au sujet d’un élixir qui venait de faire son apparition en France alors que les arabes l’auraient découvert dans les années mille sous le nom « d’Al Kool . » Voici ce qu’en disait un savant de l’époque : Arnaud de Villeneuve, alors que   le seul usage que l’on faisait de l’eau de vie étant un usage médical .

Il fait vivre plus longtemps, prolonge la santé, dissipe les humeurs superflues, ranime le cœur et conserve la jeunesse, guérit la colique, l’hydropisie la paralysie, le fièvre quarte, la pierre….

Tout ça pour relater le terrible accident qui couta la vie à notre Mauvais. Affaibli par les débauches il se faisait envelopper dans un drap trempé dans cette liqueur que l’on cousait sur son corps.   Un jour, le valet chargé de cette besogne manquant d’outil tranchant pour couper le fil, en approcha une bougie pour le même usage. Aussitôt le drap s’enflamma et le roi de Navarre périt d’une  mort affreuse.
   

images charles le mauvais

 

 

A quels les saints guérisseurs insolites se vouer en normandie. 7 octobre 2016

Classé dans : médecine insolite — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 01 min

IMG_NEW

 

La Normandie se situe parmi les provinces qui ont le plus de Saints guérisseurs .

Malheureusement les lieux de cultes: les églises sont souvent restées fermées au public  à cause des vols ou du vandalisme.

Si vous êtes curieux ou crédules, il y a toujours quelqu’un des alentours pour vous confier la clé de l’église un moment . Restent aussi les fontaines, lieux du paganisme qui ont été récupérées par le catholicisme en l’honneur d’un Saint quelconque.

Quoi qu’il en soit,  ces croyances font parties de notre patrimoine et bien des auteurs dont Bernard Verwaerderde et Hyppolite Gancel ont amené leur pierre à l’édifice du folklore.

Mon but n’est pas de les répertorier, les deux auteurs précités  l’ont fait dans de magnifiques ouvrages ,mais de vous faire découvrir quelques saints insolites ou l’usage que l’on a fait de leur nom.  

Un exemple Sainte Hildevert est invoqué contre les vers,mais aussi contre la démence et les troubles psychiques :visible à Gournay en Bray

Vous pouvez passez vos nerfs en grattant la statue de notre Dame des Nerfs à Yville. La poudre ainsi obtenue doit être mélangée aux aliments et à la boisson du malade.

Le Saint le plus sollicité puisque présent dans toutes les églises est sans conteste Saint Antoine.

C’est le Saint qui sert à tout

A Biernanville( Eure) à la mi -Janvier il était particulièrement sollicité pour la bonne santé des cochons. Il veille sur les porcheries et les charcutiers.

Invoquez le aussi pour les ânes, les chevaux, contre les incendies, la peste,  le zona, pour retrouver les objets perdus, pour trouver une femme, du travail.

 Vous trouverez Saint Chaud à Lisors . On gratte la pierre et l’on mélange avec la boisson ou les aliments contre les convultions.

Saint Expédit comme son nom l’indique est invoqué pour trouver des solutions rapides. Vous l’invoquerez en l’église Saint Pierre de Lisieux et pourrez faire brûler un cierge.

Saint Onuphre. est l’objet d’un pèlerinage à Bourneville dans l’Eure  . Sa statue fut modifiée car jugée inconvenante : Les intestins sortant du ventre avaient un aspect trop réaliste . C’est pourquoi on a ajouté un pagne pour les recouvrir ainsi que le sexe que l’on trouvait trop proéminant.

Pestiféré,  Saint Roch fut soigné par un…chien .On l’invoque pour être fort comme un roc et contre les épidémies dans divers endroits de la Normandie (Saint Vigor des Monts )dans la Manche,( Pont d’Ouilly )dans le Calvados et (Sainte Croix sur Orne)

Saint Cloud guérit des furoncles et des abcès  aux Andelys.

Priez Saint Vigor au village du même nom ou saint Fort ou Saint Lieufort pour que votre enfant soit vigoureux

Saint loup associé à Saint Gilles guérit des peurs des enfants à Breuvrigny.

Saint Clair vous redonnera la vue à Saint Clair sur Epte dans le Vexin lieu où il subit son martyr.

Dans la chapelle Saint Céneri    ( Sarthe), vous pourrez vous coucher sur le mégalithe  en forme de phallus  se trouvant dans la chapelle pour devenir enceinte.

Notre Dame de La jaunisse  n’est curieusement invoquée nulle part,  sauf  à Fleury (Manche )
Un médecin de Villedieu les Poêles fut frappé par cette maladie .
Son épouse dévouée alla prier la Vierge qui apparut toute jaune (ictère oblige) et guérit le mari.
 On dit que les maris trompés venaient invoquer,   vue la couleur jaune associée  aux  cocus,   cette Vierge afin que leur soit rendu l’amour de leur épouse .  

 

 

 

 

La belle Diane de Poitiers en son château d’Anet. 12 août 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 44 min

 L’entrée du château d’Anet situé aux  limites de la Normandie  nous rappelle que la belle Comtesse était passionnée de chasse.

La Belle Diane de Poitiers,

.

DianedePoitiers

La légende de Diane débute à sa naissance où une diseuse de bonne aventure prédit que l’étoile de l’enfant l’élèverait plus haut qu’une Reine.

Née le 31 décembre 1499,  elle suivra dès son plus jeune âge son père à la chasse, ayant déjà son propre faucon,  mais c’est à la mort de sa mère qu’elle est accueillie à la cour où règne Louis XI . Elle y apprend le latin, le grec, les bonnes manières,  l’art de la conversation.

Elle devient la demoiselle d’honneur d’Anne de Beaulieu épouse de Louis XII,  puis de la future reine Claude, épouse de François I°

A 16 ans elle est mariée à Louis de Brézé âgé de 57 ans  riche et puissant . Leur demeure  le château d’Anet  n’était à cette époque  qu’une  ruine.

Bien que mariée très jeune on ne la dit pas volage : quel mérite !

Hélas ! la guerre fait rage entre François I°  et Charles Quint. François I° ne doit sa liberté qu’en échange de ses deux fils laissés  en otage au vainqueur:   François 8 ans et Henri 6 ans.  A leur départ  Diane les réconforte de son mieux .

Ils resteront quatre ans entre  les mains de Charles Quint, le souverain européen devenu le plus puissant de la moitié du XVI° siècle par le jeu des héritages.

Mais revenons à la belle Diane!

Après 17 ans de vie heureuse avec son mari, celui-ci s’éteint   en 1531, elle est rappelée à la cour en 1533  pour y  introduire sa lointaine cousine Catherine de Médicis qui doit devenir la Reine de France.  Agée de 15 ans, elle lui fait apprendre le français,  les rituels de la cour , les bonnes manières dans les réceptions; les bals masqués.etc

Hélas, Catherine et  Henri n’ont toujours pas d’enfants durant dix ans. Ce n’est pas la  faute de Diane  qui envoie son cher ami   rejoindre son épouse pour assurer la descendance,  craignant la répudiation pour cette dernière .

Joie et bonheur ! dix enfants naîtront en 15 ans  mais le Roi passe beaucoup plus de temps avec sa chère amante qu’avec la Reine.

Diane à beau être  de 20 ans son ainée, il l’aime depuis l’âge de six ans.

C’est pour lui toutes les femmes  à la fois. Sa mère, sa confidente, sa maitresse ,  et Catherine de Médicis, la Reine  n’apprécie guère le rôle de femme bafouée ,surnommant Diane «  la Putain du Roi »,  souriant en douce lorsqu’elle apprend que ce dernier  se laisse  quelquefois conquérir par un jupon de passage.

Le plus célèbre des prophètes,  Nostradamus  installé à la cour aux côtés de Catherine de Médicis ,  annoncera la mort du Roi à l’issu d’un tournoi qui opposera Henri II et le comte de Montgomery .

Cette prophétie s’annoncera hélas!  vraie  puisque le Roi trouvera la mort à 43 ans, tué  accidentellement au cours d’un tournoi qui tourne au vinaigre  le 1° Juillet 1559. Lors de sa longue agonie,  Henri II pardonne à son meurtrier accidentel  et demande  à ses sujets qu’il ne lui soit fait aucun blâme.

Mais, la confiance ne règne pas et  dès la mort du Roi, Le comte de Montgomery devait prendre la fuite pour relier la cause des protestants et prendre la tête de l’armée où il fut victorieux de son ennemi Coligny  qui devait périr lors de la Saint Barthélémy:  triste date que ce 24 Aout 1572.

Coligny  fut jeté par la fenêtre, castré et décapité ,  traîné par des enfants à travers la ville et exhibé, pendu par les pieds au gibet de Montfaucon.
Tant qu’à Montgomery, il y en avait pour tout le monde! pris lors du siège de Domfront, Il fut par ordre de la Reine torturé et décapité en place de grève le 26 Juin 1574 sous les yeux de Catherine de Médicis qui n’avait pas voulu en perdre une miette!

Et l’on dit que notre époque est violente!

Après cette aparté concernant la fin d’Henri II , revenons à notre belle  Diane.

A partir de la mort du Roi, elle ne dispose plus  d’aucune autorité et se retire en son château d’Anet qu’elle a fait restauré et qui est devenu la superbe demeure que l’on connaît.

La mort de Diane.

De quoi est morte Diane de Poitiers?

D’avoir voulu rester la plus belle!

Afin de garder la beauté éternelle, elle pratiquait toutes sortes de sports surtout l’équitation et  buvait chaque matin un élixir contenant de l’or. Cette potion magique lui fut fatale à 66 ans. 

Elle fut enterrée dans la chapelle funéraire qu’elle avait fait construire près du château .
En 1795 les révolutionnaires ont ouvert le tombeau , se sont partagés quelques mèches de cheveux en souvenir et de pauvres habitantes d’Anet rassemblèrent les restes et la mirent avec deux de ses enfants dans la fosse commune près de l’église.

Ce sont les techniques modernes  qui ont fait découvrir d’après une mèche de cheveux de Diane les causes de son trépas.
  Heureusement pour l’histoire, cette mèche était cachée dans le château et l’ADN a parlé, attestant formellement l’identité de la belle favorite et la teneur en or 500 fois plus importante que la moyenne.

Après 215 ans d’attente,  le 29 Mai 2010, Diane a retrouvé en grande pompe,  son tombeau lors d’une reconstitution historique .

Que du beau monde! L’actuel propriétaire du château, les élus locaux, et la Duchesse de Kent cousine de la Reine d’Angleterre en costume d’époque.

Le château d’Anet reçoit des milliers de visiteurs chaque année et c’est justice.

 

  La Prophétie de Nostradamus.

Voici à peu près la prophétie.

Le vieux se battra en duel contre le jeune (le Roi)

Sous son casque  d’or il lui crèvera les yeux

Il lui fera deux plaies qui le feront mourir de mort cruelle.

 

Nostradamus_CI-35_v1656

 

 

 

Des nobles normands assassins de leur épouse. 23 mai 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 16 min

 

                                                       Assassinat par son époux Jacques  de Brézé  de Charlotte de Valois fille d’Agnès Sorel.

 

                                                                                                                        

De tous temps le cocufiage n’a jamais été apprécié par celui qui le subit .

A l’époque ou se passe mon récit,  les mœurs étaient plutôt  légères  mais  il y avait parfois des représailles sanglantes, Ce fut le cas   pour un couple célèbre de  l’époque.

Lui ( le cocu)  Jacques de Brézé, Grand Sénéchal de Normandie 1467-1486 marié pour des raisons politiques à :

 Charlotte de Valois,  l’une des filles du roi Charles VII et de la belle Agnès Sorel ( dont nous avons déjà parlé largement dans nos chroniques) ce qui en faisait la demi sœur du roi Louis XI qui avait la réputation de n’être pas un tendre.

Le couple durait tant bien que mal depuis une quinzaine  d’année et avait quand même officiellement 5 enfants . J’insiste  sur officiellement car au vu de ce qui va suivre  : maman sûre, papa peut-être!

 Nous sommes le 13 juin 1476
Jacques de Brézé de retour de la chasse et  son épouse, se retirent  dans leur chambre respectives mais Charlotte,  d’après les dires de son mari était  »meue de lescherie désordonnée » comprenne qui voudra : pour moi, il l’accusait d’être  une » chaudasse »".

Donc,  elle attire dans son lit le grand Veneur Pierre de la Vergne, laquelle chose est rapportée au cocu par un sien serviteur :  ben voyons!

Le sang de Jacques de Brézé ne faisant qu’un tour , il prend son épée, fait défoncer la porte où devaient se trouver les amants ( à cette époque la coutume était de ne pas faire l’amour tout nu ) peut-être pour pouvoir se rhabiller plus vite en cas d’alerte!   il  trouve  le grand veneur en chemise et  »lui baille son épée dessus la teste et au travers du corps tellement il le tua ».

Il trouve son épouse qui s’est  réfugiée dans la chambre où dorment ses enfants,  la prend  et la tire par terre.  »En la tirant en bas,  luy passe ladicte épée parmi les mamelles et estomach  la faisant pa220px-Louis-XIsser de la vie à trépas. Il l’a fait enterrer à l’abbaye de Coulons près  Nogent Le Roi.                                                                 

Pas besoin de dire que le Roi Louis XI n’apprécia pas du tout l’assassinat de sa demi-sœur et que Jacques de Brézé   beau-frère ou pas beau frère, devait  s’attendre à des  représailles .

Ni une ni deux,  l’assassin est condamné à la peine de mort par le roi,  qui finalement fait commuer sa peine en emprisonnement,  ce qui équivalait  à  mourir à petit feu car Louis XI dont la réputation de cruauté n’est plus à faire,  avait le don de vous laisser pourrir au fond d’un cachot pendant des années . La conciergerie, Vernon ,Jacques  de Brézé connut cela durant neuf ans alors que ses biens confisqués,  qui auraient dû tomber dans l’escarcelle du Roi,  furent remis au fils ainé du prisonnier par égard pour la famille de sa demi-sœur Charlotte.

Louis XI  ci-contre  rendit l’âme à l’âge de 60 ans .

Dès le décès de Louis XI, Jacques de Brézé reprend du poil de la bête, se pourvoit contre cette condamnation et sort des prisons dont il était l’hôte depuis 9 ans  et grâce à ses lettres de rémission, il  reprend son titre et son rang 9 ans après le meurtre qui l’avait privé de sa liberté.  

Finalement le parlement et le roi Charles VIII lui obtiennent le plein pardon.

Et l’on dit que le crime ne paie pas! il vécu encore 8 années  puisque sa mort remonte à l’an 1494.

 

                                                       Assassinat de  Françoise de Sébastiani par son mari Charles de Choiseul Praslin comte de Coigny.

 

   Les protagonistes de l’histoire tragique qui suit sont Le Duc Charles de Choiseul Praslin,  chevalier d’honneur de la Duchesse d’Orléans d’une part,  d’autre part, son épouse Françoise Sébastiani fille du  général Horace Sébastiani de la Porta qui fit la gloire de l’empire.

Que du beau monde!

Qu’est ce qui poussa ce père de 10 enfants à assassiner son épouse à coup de couteau un soir d’ Août 1847 ?

Un portrait de la belle la dit jalouse, poursuivant son mari de ses désirs comme une vraie nymphomane,  lui écrivant 20 lettres par jours,  non pas 20 SMS ! ce qui aurait été plus rapide si cela avait existé,  mais vingt lettres  avec la plume d’oie s’il vous plait ! quel travail.

 Avait-elle ses raisons? la rumeur disait que le Duc avait une liaison avec la préceptrice des enfants.   

Toutes ces causes  l’auraient amenée à se  débarrasser de sa trop encombrante épouse.

La police trouva vite le coupable et le mit en prison en attendant le procès, mais officiellement, il se suicida à l’arsenic sept jours plus tard.

La rumeur s’empara de l’affaire, accusant le gouvernement d’avoir prétendu le suicide du Duc,  mais qu’en réalité on l’aurait laisser partir  à l’étranger,  puis à proximité de son domaine de Coigny dans le Cotentin où il aurait vécu une vie de reclus.

 l’écrivain  La Varende a immortalisé cette hypothèse avec son roman « L’homme aux gants de toile  ».

 

 

 

Le couple Sébastiani et Choiseul Praslin. Françoise_Sébastiani_della_PortaCharles_Laure_Hugues_Théobald_de_Choiseul-Praslin

 

 

 

La coutume du Charivari 15 mars 2016

Classé dans : Rites dans le quotidien — histoiresetlegendesnormandes @ 16 h 57 min

 

 Faire le Charivari .

 charivari couleur

Si la coutume du Charivari  toucha à peu-près toutes les provinces de France, en  Normandie elle perdura dans les campagnes malgré les interdictions,  jusqu’à la Révolution et même quelque fois avec moins de violence jusqu’ au XIX° siècle.

Cette coutume était réservée à deux veufs désirant se remarier , à ceux  qui épousaient une femme  nettement plus jeune ou un mariage précipité pour cause de grossesse.
J’ai lu dans les archives de la Manche le cas d’un Charivari organisé lorsqu’un moine s’était marié  après la Révolution,  comme il était en droit de le faire,   mais avait voulu faire ça en douce.

Les jeunes du village achetaient un bouquet de fleurs artificielles et le jour des noces, à la fin du repas, le groupe pénétrait dans la salle, apportant aux nouveaux mariés l’offrande des fleurs.
Tout se passait  bien si spontanément  les jeunes recevaient suffisamment d’argent de la part des mariés pour organiser un bal qui avait lieu le Dimanche suivant et était ouvert par la mariée,  quelle que soit son âge.

Tout se gâtait si les mariés avaient des oursins dans les poches,  refusaient le bouquet afin d’épargner quelques deniers.

Ils avaient tort, car aussitôt les jeunes gens évincés parcouraient les communes des campagnes avoisinantes pour trouver du renfort qui ne demandait qu’à participer ( Point besoin de Facebook)

A la chute du jour, on voyait apparaitre des hordes armées de tout ce qui peut faire du bruit . Ils étaient quelque fois jusqu’à 150 participants, qui tapaient à qui mieux mieux armés de plaques de fer  ,  poêles , tambours, cloches , quel tintamarre!

On brûlait des fagots, et tout à coup, un silence pesant s’installait après cette débauche du bruit.
Des questions obscènes étaient posées aux mariés qui se gardant de répondre,  suscitaient de la part des jeunes  des réponses non moins salaces.

Puis à nouveau le chahut infernal reprenait , plus diabolique et enragé que jamais . De quoi tomber fou!

Le charivari durait trois jours et trois nuits et les malheureux mariés enfermés dans leur logis avaient beau supplier, menacer, rien n’y faisait! Certains,  excédés tiraient  des coups de fusil en l’air, impossible de s’échapper , la maison était cernée.

Les charivaris finirent par être réprimés par la justice qui condamnait les contrevenants à 4 ans de forteresse et d’une amende de 100 ducats,  mais finalement les autorités fermaient facilement les yeux.   

 

 

 

Quelques contre-sorts. 5 mars 2016

Classé dans : Rites dans le quotidien — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 19 min

Quelques contre sorts.

Première chose, mettre du sel tout autour de votre  maison et aux quatre coins des pièces enlève tous les risques d’envoutement .

Si vous avez peur d’être envouté, mettez un récipient plein d’eau pour voir le responsable dans les reflets de l’eau .

Le fer à cheval accroché au dessus d’une porte,  pointe en l’air agit contre les forces du mal.

Si vous trouvez non loin de votre maison,  sur une clôture par exemple un petit paquet composé de poils et de plumes,  méfiez vous : prenez le avec des pincettes et mettez le dans le feu . Cela m’est personnellement arrivé et rien de fâcheux ne  s’en est  suivi.

Porter sur soi des brisures d’argent , de cristal de roche ou autres pierres bénéfiques.

S’endormir au pied d’un pêcher guérit de la plus part des maladies.

Porter trois clés ensemble  assure le bonheur et la prospérité .

Ne laissez pas traîner ni des cheveux ni des rognures d’ongles  car cela pourrait tomber dans des mains maléfiques .

Croiser les doigts permet qu’un vœu se réalise.

Marcher du pied gauche dans la crotte de chien est un bon présage .

Pour qu’une jeune mariée soit heureuse en ménage, il faut qu’elle porte un objet ayant appartenu à une femme heureuse : un mouchoir ou un bas feront l’affaire.

Si vous craignez qu’un mauvais sort, commandé par un amoureux éconduit,  fasse  »nouer l’aiguillette de votre  mari, jolie manière pour dire qu’il a toutes les chances d’être impuissant aussi sûrement  que  s’il était castré le jour de son mariage,   faites lui manger un pic-vert rôti et faites le pisser à travers l’anneau nuptial . Cela devrait s’arranger.

Un philtre d’amour: cela vous dirait?

Composez le en faisant infuser des fleurs de pervenches, des sommités de millepertuis ou une poignée de feuilles de sauge.

Vous pouvez aussi assaisonner votre repas d’un agréable mélange de vers et de pervenches en poudre.

Faites sucer une graine de Belladone à votre aimée: elle sera tellement excitée en amour que vous pourrez lui faire connaitre toutes les subtilités du Kamasoutra.

Placez sous la porte d’entrée de votre maison nouvellement construite une pièce d’argent gravée d’une croix, une petite statuette ou une médaille bénite.

Si vous avez des malheurs,  regardez  sous  le seuil de votre maison si un crapaud n y ‘a pas élu domicile.

Les quatre pattes d’une taupe mises dans un sachet  de toile suspendu autour du cou de votre enfant (bonjour les odeurs! ) éviteront les convulsions et aussi le mal de dent.

 Contre le mal de dents, écrire et  mettre dans un petit sachet attaché avec une épingle à nourrice  sur les vêtements de votre enfant  une prière à Saint Apolline dont voici la formule secrète :

Shayles Feille Opmont+Dentes+El Doloris+O Deus+Poiss Monable.

Un médecin de mes amis m’a assuré que certains bébés portaient encore dans les campagnes des petits sachets, soit autour du cou, soit  attaché sur les vêtements j’ai tout lieu de le croire.

Un contre-sort cruel que l’on ne voit plus consistait à clouer une   chouette vivante sur une porte  pour chasser le mauvais sort.

Les  contre-sorts les plus efficaces sont je crois le positivisme, le gout de la vie et … l’incrédulité.

 

 

 

 

 

 

La brèche au Diable et le tombeau de Mary Joly. 13 février 2016

Classé dans : histoire - biographie,légendes normandes — histoiresetlegendesnormandes @ 17 h 05 min

 

 

Le site de la brèche au Diable  et le tombeau de Mary Joly.

 

Si vous vous intéressez à la Normandie, votre curiosité vous a certainement poussé jusqu’en  Suisse Normande, qui comme son nom l’indique,   n’est pas un pays de plaine.

Mettez vos chaussures de randonnées  et suivez moi .  nous sommes dans le Calvados dans les communes de Potigny puis Soumont saint Quentin  à 7 Kilomètres de Falaise.

Là, coule tranquillement la rivière appelée le Laizon.  Mais dans un temps très reculé cet endroit ne fut pas de tout repos . Je vous ferai grâce de toutes les légendes qui circulent sur ce lieu  désolé sur le laizon et vous raconterai ma préférée.

Lassé de voir son manoir inondé chaque année par la crue du Laizon, qui obstruait en partie son cours, le Seigneur de Poussendre se voua en vain à tous les saints du ciel!

Le malin, toujours à l’ affut d’un mauvais plan,  le surprit un soir la tête dans les mains  entrain de pleurer.

Son chagrin fit rire d’aise Satan qui frotta ses mains noires et velues l’une contre l’autre en pensant: Il y a bien longtemps que je l’attendais au tournant celui-là ! Cette fois, c’est dans la poche !

Le démon, qui sait être charmant prit un air attristé en abordant le désespéré : » Que vous arrive t’il Messire, quelle est la cause de votre chagrin? »

Le Seigneur mis en confiance  par la compassion de son interlocuteur , lui parla de ses soucis à cause de son  manoir qui menaçait de s’engloutir à chacune  des crues fréquentes et la tristesse de ne pouvoir transmettre ce patrimoine à ses enfants.

-Qu’à cela ne tienne , Monseigneur, vous m’êtes très, très sympathique et je suis en mesure de vous rendre  service. Si vous êtes bien décidé à accepter mon aide, signez ce pacte avec quelques gouttes de votre sang et tous vos soucis disparaitront comme par enchantement.  Au mot de pacte,  le Seigneur sursauta et sut tout de suite qu’il avait à faire au prince des ténèbres,  d’autant plus qu’il avait remarqué que ce dernier dégageait une forte odeur de souffre.

C’est que… je voudrais réfléchir un peu  car je suppose que vous me demanderez  mon âme en échange.

C’est vraiment un plaisir de parler affaire avec vous! Je vous laisse à vos réflexions: N’hésitez pas à m’appeler si vous avez besoin de moi.

La dessus le Diable disparut dans une épaisse fumée.

Notre homme se retrouva tout hébété d’être resté  seul avec ses emmerdes , d’autant plus que le vent se mit à souffler en rafales, le tonnerre , dans un bruit d’enfer, fit zébrer dans le ciel des éclairs fulgurants dans des nuages d’encre,  et l’eau de Laizon , grossi par une pluie cinglante  envahit tant et si bien le manoir que son propriétaire dut se réfugier tout tremblant au plus haut de la tour.
 »Satan, si tu es capable d’arrêter ce déchainement des éléments , fais le je t’en supplie afin que je laisse ma demeure à mes descendants !
Allez, prend mon âme ! donne-moi ton contrat de malheur que je le signe avec mon sang. »

Le malin qui attendait tapi dans un coin s’exécuta rapidement de peur que notre homme  ne se ravise et que l’âme du malheureux ne lui passe sous le nez.

Dans un grand fracas, la roche se fendit sur toute sa hauteur et un éclair plus fulgurant foudroya le seigneur qui roula dans le précipice en proférant des jurons et il alla rejoindre directement l’enfer où l’attendait le Démon.
Aussitôt le ciel redevint serin, le Laizon changea de cours et s’engouffra dans la brèche ,  permettant à l’eau accumulée de s’écouler rapidement et plus jamais le manoir ne fut inondé.

C’est ici que nous allons faire connaissance avec le capitaine Dulomboy  habitant du manoir de  Poussendre  hérité de son  lointain ancêtre. 

Un peu avant la Révolution,  ce jeune homme se rendit à Caen pour voir jouer » Le Malade Imaginaire ».

Une belle  actrice du nom de Marie Joly interprétait le rôle de Louison et recevait chaque soir une ovation bien méritée, surtout de la part des messieurs.

Peine perdue elle était très sage et ne vivait que pour son art.

Pourquoi laissa t’elle entrer dans sa loge le brillant jeune homme qu’elle avait remarqué depuis quelques semaines?  Seul Cupidon devrait savoir nous répondre! 

Capitaine Dulomboy pour vous servir! Pardonnez moi d’avoir forcé un peu la  porte de votre loge mais l’admiration que j’ai pour votre talent et votre beauté me donne des ailes!

Que c’était joliment dit tout ça! et que cela nous semble désuet alors que l’on ne tourne pas » cent sept ans autour du pot  »pour dire à quelqu’un qu’on est amoureux et que l’on serait ravi d’avoir la clé de sa chambre!

Bref le capitaine invita la demoiselle  dans son manoir tout près de la  »Brèche du Diable  »et  lui proposa de l’initier aux joies de l’équitation.
C’est ainsi que Marie débarqua un soir de relâche avec sa chambrière,  ce qui faisait beaucoup plus convenable, au logis du capitaine.

La citadine fut bien vite éblouie par la beauté de cet endroit et elle reprit chaque semaine le chemin  qui l’emmenait vers son prétendant . (L’histoire ne dit pas si la chambrière lui servait toujours de chaperon)!


Le Capitaine profondément épris et devant les progrès de sa bien-aimée lui confia sa plus docile monture, puis lui fit découvrir main dans la main les sentiers qui mènent au site merveilleux et sauvage. ( d’où les chaussures de randonnées que je vous ai conseillé plus haut).

Marie qui faisait de grands progrès demanda un jour au jeune homme la permission de gravir seule à cheval le site qu’ils avaient tant de fois admiré.

Les voilà donc partis par une chaude après-midi d’été .
Marie est aux anges,  l’amour lui donne des ailes , elle éperonne doucement sa monture qui l’emmène par les sentiers conduisant au rocher, laissant son ami à quelques pas derrière elle, la jeune fille s’arrête et embrasse du regard le sublime point de vue, lorsque le cheval, certainement piqué par un taon s’approche dangereusement de l’abîme  et se cabre en faisant entendre un douloureux hennissement.
Dans un éclair, Marie comprend qu’elle est perdue!

Avec l’énergie du désespoir, elle tire la bride de son étalon et miraculeusement, au lieu de retomber dans le vide, les sabots de sa monture retrouvent la fermeté du rocher .

Livide, elle se laisse choir à terre tandis que son ami éperdu de bonheur  la serre tendrement dans ses bras!

 La légende dit qu’après avoir frôlé la mort, dans un grand élan de vie, Marie se serait donnée corps et âme pour la première fois à celui qui devait devenir son époux.

Jure-moi, lui aurait elle demandé,  de faire de cet endroit où j’ai bien failli perdre la vie le lieu de ma dernière demeure!

Son parcours  ne fut pas un long fleuve tranquille, loin s’en faut! Soupçonnée de royalisme,  dénoncée par Danton, elle est enfermée durant cinq mois à Sainte Pélagie avec d’autres actrices de la Comédie Française. Encore heureux qu’elle n’ai pas perdu la tête qui était fort joie. On la perdait pour moins que ça à l’époque!

Cinq maternités, un surmenage dû à son métier  et une faiblesse des poumons eurent raison de sa santé et elle d’éteignit à l’âge de 37 ans .
Fou de douleur, le Capitaine Dulomboy devait s’acquitter de la promesse faite à son épouse bien des années auparavant.

S’il ne connaissent  pas l’histoire, les promeneurs s’étonnent de découvrir ce tombeau dans un endroit aussi solitaire.

Quand le temps est favorable,  madame Kermaïdic dont la famille veille sur le tombeau depuis 5 générations,  peut vous faire visiter ce lieu étrange. Il suffit de lui téléphoner la veille au 02 31 90 67 84 vers 21 heures.    

   

    tombeau de Mary Joly

     

    

 

 

 

 

 

Histoire d’une maison de campagne . 1 février 2016

Classé dans : Non classé — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 45 min

chaumière Fresnes

Mon histoire remonte aux années 1975, période que les moins  de vingt ans ne peuvent pas connaître , pas plus que les moins de trente ans,  voire 40 .

Mon blog n’a pas été conçu pour raconter ma vie, mais une fois n’est pas coutume .

Nous n’étions pas des Parisiens comme nous appelaient les gens du cru , mais des commerçants.   Nous exploitions un  »relais routier  »dans un village de 200 habitants .

Nous avions été 7 ans sans prendre un jour de fermeture,  le temps de payer le crédit du fonds et de subvenir aux besoins  des 7 enfants d’une famille recomposée.
Bref nous ne roulions pas sur l’or.

Pourtant un jour mon mari qui était de nature un peu fantasme m’annonce que nous allions acheter une maison de campagne !

Es-tu fou ? nous n’avons même pas un jour de fermeture et pas le premier rond pour la payer ta baraque!

Mais comme il avait réponse à tout:
« Nous fermerons un jour après le repas de midi , ce qui revenait à fermer quelques heures ,  et nous prendrons un crédit. »

Il faut aussi vous dire que nous avions un concurrent direct à 50 mètres de chez nous qui ne fermait jamais non plus . Les hommes se regardaient en chien de faïence, nous les femmes,  nous en avions assez de trimer comme des malades :  nous avions eu l’occasion d’en parler entre nous deux et le vent de la révolte commençait à souffler dans nos foyers. Nous annoncions bien vite à nos maris respectifs que ma voisine prendrait un congé  le Lundi, moi, le Mercredi et  nous nourririons ce jour là  les pensionnaires de l’autre. C’était réglé : que nos hommes restent derrière leur comptoir si ça les tenait tant que ça.

Devant le fait accompli et la menace de grève,  nos maris respectifs durent se plier et la maison de campagne revint sur le tapis.

T’en fais pas mon coco ! pensais-je,  rien ne me plaira, j’espère que l’agent immobilier que tu as choisi aime bien se promener, car je ne marcherai jamais  dans ta combine.

Le jour J  nous voila parti visiter,  entre Bernay et Lieurey  en plein pays d’Auge. Première visite,  une jolie petite chaumière bien restaurée mais  beaucoup trop chère  pour notre bourse qui était vide de chez vide,  et de surcroit faite pour une famille de trois personnes alors que nous,  avec la famille recomposée de 9 personnes, les pièces rapportées et les petits enfants, nous étions vite fait 20 à table.

Deuxième visite . Une espèce de maison de maître dans la cour d’une ferme où vivaient deux culs terreux, qui nous regardaient avec un air soupçonneux. Il faut dire que les agriculteurs maintenant  sont des gens comme vous et moi,  ayant fait des études, rien à voir avec les ploucs de cette époque.

Bref mon mari semblait enchanté par le nombre de pièces de la maison et le terrain qui semblait mitoyen,  mais moi, je savais bien qu’une presque cohabitation aurait bien vite fini par un coup de fusil au pire,  d’un coup de poing au mieux de sa part,   vu qu’il avait déjà passé maintes fois au tribunal pour coups et blessures et qu’il ne fallait pas lui marcher sur les pieds.

Je mets donc mon veto et nous continuons  notre promenade.

Nous prenons un petit chemin boueux qui finit en cul de sac, et là s’offre à notre vue une longère en colombages. pas en bon état ! loin de là!  mais  tout de suite ,  j’ai  le coup de cœur, même si nous marchons dans de l’herbe d’au moins 50 centimètres pour y accéder,  si la toiture est en partie en tôle . De plus lorsque je suis rentrée régnait une odeur de suie qui me fit penser tout de suite à mon enfance lorsque j’allais chez ma grand mère.  On était au mois de mai,  les pommiers étaient tous fleuris dans la prairie qui faisait 7000 mètres carrés.Comment ne pas être séduit quand on aime profondément la Normandie?

Je trouvais que cette maison avait une âme et nous l’avons achetée :  tout à crédit : 16 pour cent d’intérêts comme cela se pratiquait à l’époque,  après avoir fait remarquer à mon mari que tout cela doublait le prix de la maison.

Il était au moins aussi emballé que moi et il me dit : on y arrivera bien et oui ! on y est arrivé,  mais c’était pendant les 30 glorieuses où il suffisait d’être bosseur pour s’en tirer.

Cette maison nous a apporté  beaucoup de travail , pour la restaurer, elle nous a aussi apporté beaucoup de joies  d’avoir réalisé ce qui était un rêve . Nous l’avons habité 27 ans dont 15 ans à la retraite. Nous étions fous!  toujours plus d’arbres!  Toujours plus de parterres!  Toujours plus de fleurs !. Mais nous avancions en âge et mon mari un jour m’a annoncé tout de go qu’il voulait vendre la maison qu’il aimait tant  pour aller vivre  en ville.  Moi, je n’étais pas prête : C’était la maison de famille avec les enfants tout les Week End. C’était super !

Nous vivions presque en autarcie  : des poules, des canards, des lapins, des moutons et même un cochon,  sans compter tous les légumes  possibles et imaginables dont nous nous régalions avec les enfants.

Comme d’habitude,  j’ai obtempéré mais je pense que c’est une des causes qui ont favorisé notre divorce. …Nous étions alors septuagénaires.  

   Nos premières économies ont servi à lui mettre un joli chapeau même si les fenêtres étaient pourries et des portes condamnées en tôles , mais il fallait  bien commencer par quelque chose.

 IMG

 

 

l’hygiene,à tout prix. 22 janvier 2016

Classé dans : humour — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 33 min

l

 

l’  hygiene à tout prix.

 

ecoliers portant  cartables , tabliers s_'en allant a l_'ecoleUne petite merveille étudiée dans l’atelier de patois normand dont je fais partie.

 

Heula! José,  te v’là sale comme un peigne et toi la Marie,  une vraie Marie Salope et puisque tu t’es égratigné la peau, mets un petit peu de crachat.
Ne remonte pas tout le temps » ta grand mère au grenier  »(José mouche toi !)

T’es tu lavé les pattes José ? je t’ai bien dit  que tu vas aller chez l’père Poutiau essayer des souliers!

-Je n’en ai lavé qu’un! Ils étaient trop noirs et  j’avais pas assez d’eau .

-Va chercher de l’eau et va te laver l’autre. Et pis,  allez donc tout deux vous décrasser la goule !

-Toi, l’père va te gratter la couenne, mais ne t’écorche pas et puis après c’temps là, va atteler la carriole, faut qu’on aille tous au marché . L’école va bientôt recommencer, faut deux blouses noires à la Marie et un habillement de velours au gars José.   C’est bien commode le velours: c’est solide et y’a point à le laver durant tout l’hiver. C’est comme pour les chaussettes, maintenant que je couds du cuir en dessous, le père et le José n’en changent point souvent , et j’raccommode pour dire jamais.

 

Heulà! José te v’l'a sale comme eun peugne et té la Marie, eun’ vraie Marie Salope, et pisque tu t’es egracigné la pecque, mets eun p’tit qué  d’crache .
Ne r’monte donc point toujours ton horloge, José .
Té tu s’ment laveu  les pattes, José ? Je té bin dit que tu  vas alleu chez l’père Poutiau essayeu des soulieu.

–Je n’eu laveu qu’un,  i té trop nèr, je n’aveu point asseu d’yau.

–Va qu’ri de l’yau et va t’laveu l’aut. Et pis allé  donc tous deux vous décrasseu la goule.

Te, l’père!  va t’ rakieu la couenne, mais n’terusse point et après c’temps là, va atteleu la charte !faut qu’on va tertous au marché. L’eucole e’ va bétou r’commenceu, faut deux biouses nères à la Marie et eun habillement d’velou au gars José…c’é bin c’c'mode le velou, cé solide et pis y a point à laveu  pendant tout l’hiver . C’é comme pour les chausses, à c’ t’heur que j’couds du cuir en d’sour, le père et le José n’en changeant  point souvent , et j’racmode pour dire jamain.

 

-

 

 

 

 

Rouen: le royaume des morts l’aître Saint Maclou 21 janvier 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 31 min

 

 Au royaume des morts.

aitre saint maclou

Parlez des catacombes  parisiens,  tout le monde connait,  parlez de Rouen, pot de chambre de la Normandie la ville aux cent clochers, on vous vantera la beauté du Gros Horloge , les maisons à colombages, les vitraux de l’église Saint Jeanne D’Arc et c’est justice.

 Rouen est une ville possédant un riche patrimoine.
Mais qui vous parlera de l’aître Saint Maclou , une curiosité datant de la première peste noire qui sévit dans les années 1350 et tua les trois quarts des habitants de Rouen et d’ailleurs.

On dut construire un cimetière de plus en pleine ville : l’aître saint Maclou.

De nouveau, peste dans les années 1528 à 1533.  On avait besoin de place, alors on déterra les morts qui étaient rendus au statut de squelette et l’on construisit des galeries pour servir d’ossuaire.

Les poutres sont toutes sculptées de motifs rappelant la mort. Cette ensemble d’exeption est l’une des dernières nécropoles. 

Lorsque l’on a restauré l’ensemble on a découvert un chat momifié,  certainement un chat noir enterré vivant,  car cette bestiole incarnait le diable.  On peut découvrir cette curiosité dans une vitrine à l’entrée.

Qu’est-ce qu’elle nous raconte la scribouillarde , il faudrait pour lui faire plaisir, aller visiter  un pareil lieu macabre?

Mais le plus bizarre est que cet endroit est empreint d’une grande sérénité,   c’est un havre de paix tout près de l’église Saint Maclou, qui a abrité longtemps l’école des Beaux Arts.      

 

12345...12
 
 

CROISSANCE ECONOMIQUE RU-EU |
Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ROUEN 1900
| Mesfanfic1
| Timzeer