L'histoire et les légendes Normandes vues par Solange

Partage de l'amour de la Normandie

 

Bayeux et son joyau. 7 décembre 2017

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 17 h 25 min

 La tapisserie de Bayeux

 

Nous sommes un, groupe de Mamy : âge moyen 80 ans  qui suons sang et eau afin de nous initier aux joies de la tablette , et il faut bien dire que l’on est archi nulles.
Nos instructrices, deux jeunettes doivent se  le dire  à longueur de temps ,  ça rentre par une oreille et ressort par l’autre ou alors il faut nous répéter dix fois la même chose.

Pourtant nous leur avons damné le pion à ces deux normandes aussi ignares en histoire locale que nous en informatique  .

Bayeux étant venu sur le tapis je ne sais pas trop comment,  aucune n’avait jamais entendu parler de cette ville là , et encore moins de la célèbre tapisserie EPSON DSC picture

     Au cas où comme ces demoiselles nous n’auriez jamais entendu parler  de la tapisserie de la Reine Mathilde, je  vais vous raconter son histoire . Pour ceux qui la connaisse, il s’agira d’une piqure de rappel  !

 

 

Le nom de tapisserie est impropre, car  il s’agit d’une broderie  à l’aiguille de 50 cm sur 7 mètres environ.

La légende dit qu’elle fut exécutée par la Reine Mathilde en personne avec ses dames de compagnie  mais les rabats joie ou les mieux informés prétendent qu’elle fut réalisée  dans le Kent par des moines,  2 ans après la conquête de l’Angleterre.  A vous de choisir!

Que nous raconte cette belle bande dessinée? Commençons par le commencement :   Le Roi régnant en Angleterre à cette époque était  Edouard dit le confesseur.  Il aurait promis le royaume d’Angleterre à Guillaume au dépend d’Harold   son cousin,   Ce dernier avait  bien  juré sur les reliques qu’il laisserait le trône à Guillaume ,mais les promesses sont faites pour n’êtes pas  tenues et  Harold s’empresse de se faire nommer Roi d’Angleterre sitôt la  mort du Roi Edouard .

Fureur du Guillaume qui rassemble  à partir de mois  Septembre une immense  flottille de 700 navires dont la Mora, offert par la Duchesse Mathilde à son mari, 20.000 hommes bien déterminés et 400 chevaux  rassemblés à Dives sur mer  en attendant le Day D à Saint Valérie Sur Somme où séjournera l’armée en attendant des vents favorables.  Ce sera pour le 14 octobre 1066 . L’armée débarque à Pevensey et la bataille se déroulera à Hastings à quelques kilomètres :

La bataille es rude . Le bruit court un moment que Guillaume a été tué, mais finalement c’est son cheval  qui aura perdu la vie . Le cavalier est indemne et remobilise ses troupes .

Harold est finalement tué d’un coup d’arbalète dans l’œil et c’est la fin des combats
On déplore la mort de  3500 combattants anglais,  2500 venus de toutes les régions de l’hexagone et 4000 chevaux .
Durant de longues années Guillaume aura maille à partir avec les barons Anglais qui ne veulen
t pas admettre la perte de leur ile au profit du Duc Roi Guillaume .

La mort D’Harold.

 la bataille d'hasting

 

 

 

 

 

 

Le corbillard du Pape 6 octobre 2017

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 15 h 25 min

 

diligence du pape

Le corbillard  du Pape

 

Quel rapport peut-il y avoir avec un pape , un corbillard, et notre belle Normandie ?

 Il y avait longtemps que les Papes et leur cour avaient déserté Avignon,  après avoir occupé la ville durant  70 ans pour de multiples raisons , pour retrouver  leur bonne ville de Rome pour d’autres non moins bonnes raisons . 

Le climat clérical entre l’Italie  et la France n’est  pas toujours au beau fixe , loin s’en faut . 

 Le pape dont nous allons parler  s’appelle  Pie VI,  et il s’attirera de gros ennuis  en voulant se croire Dieu le père . C’est l’époque de la Révolution et il condamne tout bonnement la constitution civile du clergé.  Il devient ouvertement l’ennemi des Républicains; Il condamne les députés bourreaux du Roi  et va jusqu’à excommunier  la nation Française toute entière . Il n’y va pas de main morte! 

La terreur s’annonce et les édifices religieux sont incendiés: bref c’est la guerre à outrance.  De l’autre coté  de la frontière avec l’Italie,  la révolte gronde car les jeunes Romains se rallient aux idées nouvelles.

Bref le général Bonaparte , en  1796, futur empereur, n’en peut plus et se rebiffe . Il réclame vingt millions de livres or au pape; une petite fortune et ultime humiliation, ce dernier doit reconnaître la République. Le Pape est contraint de quitter Rome sous deux jours. Il essaye de se réfugier dans des villes moins hostiles,mais il est rattrapé  à Valence( France)où il mourra à l’age de 82 ans en Août 1799. 

Une sépulture digne d’un pape lui est bien sûr refusée. On lui concède  des obsèques civiles( Giovani Angelo Braschi ) exerçant la profession de » Pontif ».  

Le nouveau Pape Pie VII est bien obligé de faire profil bas devant la toute puissance de Napoléon : c’est le Concordat .  Le nouveau maître  accepte que l’infortuné Pie VI qui moisit toujours en terre de France  réintègre la basilique Saint Pierre. Il ne peut plus nuire vu qu’il est on ne peut plus mort! 
C’est ici que commence notre épisode Normand que vous ne retrouverez que dans les monographies locales.

Comment la notoriété d’un maître des postes normand, Charles le Bey  le meilleur disait-on, de tout l’hexagone, originaire de Sainte Gauburge dans l’Orne était elle arrivée jusqu’aux oreilles de l’empereur ?  nul ne le sait mais ce que l’on apprend, c’était   la réputation sans taches de l’homme  chargé des transports exceptionnels et Dieu sait si celui-là  en était un !

 Voilà donc en route  Charles Le Bey et son meilleur employé Leblond chargé du corbillard du Pape, ce qui n’était pas une mince affaire . 

 A cette époque il n’y avait pas de  voies pour franchir les Alpes,   tout au plus quelques sentiers de chèvre et il leur faut escalader les pentes raides en dégageant eux mêmes  leur chemin ! 

Nous passerons sous silence les affres du convoyeur et de son employé lors du passage du grand Saint Bernard où le froid paralysait  hommes et chevaux . Leurs yeux brûlent à cause de la neige et leurs membres ne parviennent plus à se réchauffer.  Cinq de leurs chevaux manquent à l’appel , mais le grand corbillard lui est intact.

Enfin Rome est en vue et le peuple en liesse salue les deux héros!

Leur mission accomplie ils  reprennent  le chemin de retour après quelque repos,  bien mal en point, les yeux brûlés pour l’un,  les pieds gelés pour l’autre. 

Et la vie reprend son cours à Sainte Gauburge jusqu’au jour ou en 1807  une grande nouvelle se répand dans le village. 

Celui qui est devenu Napoléon arrive en malle poste.  Il a fait le détour pour saluer les deux héros . Bien mieux, il s’arrête au relais du Plessis pour  féliciter  le maître.  

Hélas, ce dernier est devenu aveugle depuis son retour de Rome  ! Napoléon tient à récompenser celui qui a si bien rempli sa mission malgré les embûches et lui demande d’exprimer ce qu’il désire en récompense de son difficile et périlleux voyage.

Emu, Charles Le Bey sollicite pour lui et ses héritiers un brevet de Maître des postes  d’une valeur de 50.000 francs or.  Ce qui lui est  tout de suite accordé par l’empereur.
Charles le Bey  devait mourir en terre Valburgeoise à l’age de 57 ans.   

 

 

 

 

.

 

 

Paul Harel poète aubergiste 5 février 2017

Classé dans : histoire - biographie,un clin d'oeil aux écrivains normands — histoiresetlegendesnormandes @ 15 h 54 min

harel01

 

Tu seras colonel et tu épouseras la fille d’une général lui prédit une vieille tireuse de cartes!

Elle aurait dû changer de métier car elle devait être un poil bigleuse la devineresse.

Il ne fut même pas avocat comme son père du barreau de Vimoutiers l’aurait souhaité. 

Paul Harel né à Echauffour dans l’Orne le 18 Mai 1854 préfère la poésie et pardessus tout l’auberge que son grand père  Auguste Gérard du Rouvray a fait construire en 1822.

Il deviendra poète aubergiste. 

Il accueillera les plus grands auteurs de son temps: François Coppée, José Maria de Hérédia, Octave Mirbeau, Leconte de  Lisle et même un princesse Russe. 

 

Ce fut un très grand poète qui peignait avec les mots: 

 

Au dehors le brouillard nous happait à la gorge

Ma cuisine au dedans flambait comme une forge

Aux cendres du foyer le pot au feu normand

sommeillait comme un juste et ronflaient en  dormant

Palpitants, crépitants et crevant sur le gril

Les boudins sifflaient mieux que les merles en Avril

Les tripes sanglotaient tout bas dans leurs terrines.

 

Que dire de plus: qu’apparemment il ne toucha jamais à la cuisine,(  ses deux épouses successives remplissant très bien cette fonction)

Ses visiteurs l’aidèrent allègrement à manger sa fortune et celles de ses cuisinières épouses.

Qu’il repose au cimetière du village qu’il n’aura guère quitté, sa mort remontant à 1927.  

Mon tombeau m’attend non loin du sien le jour où le  Seigneur le décidera ! Je suis prête mais en aucun cas pas pressée. 

 

 

 

Histoire du pendu. 14 janvier 2017

Classé dans : histoire - biographie,humour,légendes normandes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 24 min

                                                                                                       J’hésite pour classer cette rubrique.

albert-besnard-le-pendu-1873-eau-forte

Découverte dans de vieux documents j’ai trouvé l’histoire plutôt drôle.                

Alors,  à vous de choisir histoire ou légende ?

 

- C’était jour de foire à Argentan (Orne) et ce jour là, le Vicomte rendait ses jugements de Haute Justice  et il venait de condamner à être pendu haut et court un certain Vannier   qui l’avait, murmurait-on bien mérité pour avoir brigandé sur les routes, égorgeant au besoin les braves bourgeois qui avaient le malheur de résister.

Bref, un mauvais sujet qu’il valait mieux ne pas croiser sur sa route.

Le cortège se composait du Hérault de la ville , suivi du Vicomte , du Bailli, d’un sergent accompagné de douze hommes d’armes, d’un moine pour le repos de l’âme du malandrin, et derrière le cortège l’exécuteur des Hautes Œuvres, le bourreau,  superbe par sa stature et son regard de brute, vêtu de l’habit  de sa profession un chaperon rouge.

 

Un murmure d’effroi parcourut la foule venue en spectateur, lorsqu’en moins de temps qu’il faut pour le dire, on mit le coupable nu comme un ver, on lui enfila une camisole de toile grossière mal taillée, on le hissa sur l’échelle , on lui mit la corde au cou , et pendant que sonnait la prière des agonisants accompagnée du glas, on le lança.

le corps fit « floc » se balança au bout de la corde, se raidit, devint tout rouge et le mort se mit à tirer un langue violette énorme.

Un brave homme s’en venait au marché d’Argentan avec un veau , il se divertit du spectacle comme tous ceux qui étaient présents et il rendit la grimage au pendu en lui tirant lui aussi la langue. 

Son veau vendu, l’argent en poche, il fit la tournée des cabarets de la ville,  Les Trois Maryes, les Trois Roys, les Trois Sauciers et la Croix Blanche,  de sorte qu’il sortit de la ville alors qu’il faisait nuit noire  et que ses pas n’étaient plus très assurés.

Passé devant le gibet où il avait vu pendre le matin, il s’arrêta, admira encore une fois le supplicié dont la tête s’inclinait et la langue démesurée s’étirait hideuse et drôle.

Le marchand éméché lui fit un petit discours de fraternelle amitié.

Frère pendu, lui dit-il mauvais gibier de potence! Hic,

Pourquoi sors tu ta langue ainsi ? Non seulement ça t’enlaidit, j’te l’dit moi, bien en face, mais en plus, ça doit te donner une soif  hic!

Tu dois bien avoir le gosier sec? descends  et viens, je vais vais t’offrir un verre Hic!

Réponds moi as  tu soif  ?

Et une voix proche de répondre 

-Puisque c’est l’effet de ta bonté, attends moi j’arrive!

L’autre dégrisé se mit à courir, suant à grosses gouttes et plus il courrait, plus la voix se rapprochait: attends moi, attends moi ! 

C’est ici que nous devons éclairer la lanterne de nos lecteurs pour la bonne compréhension du texte. 

Un brave rémouleur n’ayant pu se loger , était sorti de la ville et avait trouvé sur cette route pour gîte la berne d’un chemin . La nuit était obscure, comment pouvait t’il imaginer  qu’un gibet se dressait au dessus de lui alors qu’il était étendu sur l’herbe verte ?

Il n’a jamais compris pourquoi celui qui l’invitait à boire un verre se sauvait à toutes pattes devant lui. 

 

 

 

Nicolas Poussin peintre initié. 8 janvier 2017

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 17 h 41 min

 

Si vous aimez vous faire des nœuds au cerveau , chercher à découvrir   des énigmes, des secrets d’état et d’église ,si vous  croyez pouvoir être un jour découvreur de trésor,  des tonnes et des tonnes d’ouvrages  sur celui de Rennes le Château ont été édités. A vous les indices, les codes, les initiations  et tutti quanti  Quel rapport avec Nicolas Poussin? 

 

Les bergers d’Arcadie             les-bergers-darcadie-de-poussin1

 Nicolas Poussin,   né aux Andelys en Juin 1594 est mort à Rome en 1665.

 Initié au secret des étoiles et de l’alchimie,  il aurait lors de l’exécution de son tableau les bergers d’Arcadie , semé des pistes quand aux trésors se trouvant dans la région de l’Aude dont l’abbé Saunière aurait retrouvé une partie . Tout le monde a entendu parler de cela et  je ne m’étendrais donc pas sur le sujet.
Tant qu’aux trésors recherchés par des centaines d’amateurs , dans cette même région,  on ignore encore s’il s’agit  de celui de Jérusalem, Des Templiers, de Rome, de Blanche de Castille, des Comtes de Toulouse :   Je vous laisse le choix.

Certains écrivains ont avancé que des initiés sont détenteurs d’un  secret d’ordre religieux qui bousculerait nos idées reçues depuis 2000 ans si on les divulguait au grand jour.

Je vous laisse vous amuser sur le Web pour vous reparler de Nicolas Poussin qui fut un très grand peintre initié ou pas.  Nombre de ses œuvres sont exposées au Louvre  comme Le jugement de Salomon, L’enlèvement des Sabines, Saint Jean baptisant le peuple, Moïse sauvé des eaux et bien d’autres  :

 Les plus grand musés: la National Gallery de Londres et l’Ermitage de Saint Petersbourg renferment également de nombreuses  toiles de Nicolas Poussin.  

 

 

 

Le Fameux Marquis de Sade. 22 décembre 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 07 min

 

Ah bon ! le Marquis de Sade était normand ?

Sade

Que nenni ! mais il épousa une normande fortunée :  la comtesse Pélagie  de Montreuil, dont la famille possédait le château d’Echauffour dans l’Orne, non par amour,  mais pour éponger des dettes contactées dans les salles de jeu et les bordels de théâtres. 

Cette dot  représentait la coquette somme de  300.000 livres.
Drôle de loustic que celui là ! 

 Nous allons commencer par le commencement. Donatien Alphonse de Sade est né le 2 Juin 1814 à Paris.  Dès son plus jeune âge il a l’exemple de son père qui compte parmi ses maîtresses les plus grands noms de la cour.

A 6 ans, il est confié à son oncle abbé Jean François de Sade retiré après une existence mondaine de séducteur notoire.

Il entre à 10 ans au collège Louis Legrand, chez les jésuites . Les représentations organisées par les pères seront sans doute à l’origine de sa vocation pour l’art du comédien et de la littérature dramatique.

Son mariage n’altère en rien ses habitudes de célibataire. Il installe de nombreuses maîtresses à Paris, Versailles  mais la plainte de l’une d’entr’elle qui n’a  certainement pas apprécié  les petits jeux sadiques et blasphématoires le conduise en prison pour débauche.
Il faudra l’intervention de son frère abbé et celle des Montreuils (Elle n’était pas rancunière la Marquise!) pour le sortir de là.

C’est sa première entrée en prison, ce ne fut pas la dernière : 27 ans sur les 74 ans de sa vie…. sans compter le temps passé à résidence chez les seigneurs d’Echauffour avec une belle mère qui le détestait:  mais petite consolation, il réussit à séduire sa belle sœur !

Que reproche t-on à ce triste sire?  On lui reproche de pratiquer la flagellation, le sacrilège ,  la sodomie passible de mort à l’époque, enlèvement de petites filles  et incitation à la débauche car il couchera, si l’on peut  dire,  ses pratiques et fantasmes sur le papier dans des romans qui seront grandement scandaleux à l’époque . 

 Les plus connus - Cent journées de Sodome- Les infortunes de la vertu – Justine et les malheurs de la vertu- Prospérité du vice  le reconduiront en prison où son épouse viendra lui rendre visite et lui apporter mille preuve de son amour alors qu’elle ne trouvera que dédain et méchanceté.  Ou je me trompe ou cela s’appelle du masochisme.

Il faillit de peu finir sur la guillotine mais sa bonne étoile veillait : le jour prévu,  la charrette était pleine et le lendemain la révolution avait changé de mains.

La Marquise de Montreuil finit par se lasser:  poussée par sa mère, elle demanda le divorce qu’elle obtint très facilement et  le remboursement de sa dot qui semble s’être  volatilisée plutôt dix fois qu’une.

Tant  qu’au marquis de Sade il finit ses jours à l’hospice de Charenton chez les fous  à 74 ans. Les derniers temps de sa vie  il avait séduit une jeunette de 16 ans.     

 

 

 

Vous avez dit « Le Mauvais? » 20 octobre 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 35 min

  Si la vie de Charles le Mauvais  ne fut pas un long fleuve tranquille,  sa mort le 1° Janvier 1387  ne fut pas banale.  

  Charles II de Navarre,  comte d’Evreux , dit  le Mauvais est   né le 10 Octobre 1332 avec » des origines aux Fleurs de Lys » de tous côtés  diront ses contemporains. C’est pourquoi  Il  s’estimait spolié, frustré de n’avoir pu accéder à  la couronne de France.  Intrigant, il a passé sa vie à comploter, tantôt avec l’un tantôt avec  l’autre mais là n’est pas mon propos: Je laisse le soin aux historiens de démêler l’écheveau de l’histoire et des  démêles du Roi de Navarre  avec les grands de l’époque.

Revenons à sa mort :  Je voudrais ouvrir une petite parenthèse au sujet d’un élixir qui venait de faire son apparition en France alors que les arabes l’auraient découvert dans les années mille sous le nom « d’Al Kool . » Voici ce qu’en disait un savant de l’époque : Arnaud de Villeneuve, alors que   le seul usage que l’on faisait de l’eau de vie étant un usage médical .

Il fait vivre plus longtemps, prolonge la santé, dissipe les humeurs superflues, ranime le cœur et conserve la jeunesse, guérit la colique, l’hydropisie la paralysie, le fièvre quarte, la pierre….

Tout ça pour relater le terrible accident qui couta la vie à notre Mauvais. Affaibli par les débauches il se faisait envelopper dans un drap trempé dans cette liqueur que l’on cousait sur son corps.   Un jour, le valet chargé de cette besogne manquant d’outil tranchant pour couper le fil, en approcha une bougie pour le même usage. Aussitôt le drap s’enflamma et le roi de Navarre périt d’une  mort affreuse.
   

images charles le mauvais

 

 

La belle Diane de Poitiers en son château d’Anet. 12 août 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 44 min

 L’entrée du château d’Anet situé aux  limites de la Normandie  nous rappelle que la belle Comtesse était passionnée de chasse.

La Belle Diane de Poitiers,

.

DianedePoitiers

La légende de Diane débute à sa naissance où une diseuse de bonne aventure prédit que l’étoile de l’enfant l’élèverait plus haut qu’une Reine.

Née le 31 décembre 1499,  elle suivra dès son plus jeune âge son père à la chasse, ayant déjà son propre faucon,  mais c’est à la mort de sa mère qu’elle est accueillie à la cour où règne Louis XI . Elle y apprend le latin, le grec, les bonnes manières,  l’art de la conversation.

Elle devient la demoiselle d’honneur d’Anne de Beaulieu épouse de Louis XII,  puis de la future reine Claude, épouse de François I°

A 16 ans elle est mariée à Louis de Brézé âgé de 57 ans  riche et puissant . Leur demeure  le château d’Anet  n’était à cette époque  qu’une  ruine.

Bien que mariée très jeune on ne la dit pas volage : quel mérite !

Hélas ! la guerre fait rage entre François I°  et Charles Quint. François I° ne doit sa liberté qu’en échange de ses deux fils laissés  en otage au vainqueur:   François 8 ans et Henri 6 ans.  A leur départ  Diane les réconforte de son mieux .

Ils resteront quatre ans entre  les mains de Charles Quint, le souverain européen devenu le plus puissant de la moitié du XVI° siècle par le jeu des héritages.

Mais revenons à la belle Diane!

Après 17 ans de vie heureuse avec son mari, celui-ci s’éteint   en 1531, elle est rappelée à la cour en 1533  pour y  introduire sa lointaine cousine Catherine de Médicis qui doit devenir la Reine de France.  Agée de 15 ans, elle lui fait apprendre le français,  les rituels de la cour , les bonnes manières dans les réceptions; les bals masqués.etc

Hélas, Catherine et  Henri n’ont toujours pas d’enfants durant dix ans. Ce n’est pas la  faute de Diane  qui envoie son cher ami   rejoindre son épouse pour assurer la descendance,  craignant la répudiation pour cette dernière .

Joie et bonheur ! dix enfants naîtront en 15 ans  mais le Roi passe beaucoup plus de temps avec sa chère amante qu’avec la Reine.

Diane à beau être  de 20 ans son ainée, il l’aime depuis l’âge de six ans.

C’est pour lui toutes les femmes  à la fois. Sa mère, sa confidente, sa maitresse ,  et Catherine de Médicis, la Reine  n’apprécie guère le rôle de femme bafouée ,surnommant Diane «  la Putain du Roi »,  souriant en douce lorsqu’elle apprend que ce dernier  se laisse  quelquefois conquérir par un jupon de passage.

Le plus célèbre des prophètes,  Nostradamus  installé à la cour aux côtés de Catherine de Médicis ,  annoncera la mort du Roi à l’issu d’un tournoi qui opposera Henri II et le comte de Montgomery .

Cette prophétie s’annoncera hélas!  vraie  puisque le Roi trouvera la mort à 43 ans, tué  accidentellement au cours d’un tournoi qui tourne au vinaigre  le 1° Juillet 1559. Lors de sa longue agonie,  Henri II pardonne à son meurtrier accidentel  et demande  à ses sujets qu’il ne lui soit fait aucun blâme.

Mais, la confiance ne règne pas et  dès la mort du Roi, Le comte de Montgomery devait prendre la fuite pour relier la cause des protestants et prendre la tête de l’armée où il fut victorieux de son ennemi Coligny  qui devait périr lors de la Saint Barthélémy:  triste date que ce 24 Aout 1572.

Coligny  fut jeté par la fenêtre, castré et décapité ,  traîné par des enfants à travers la ville et exhibé, pendu par les pieds au gibet de Montfaucon.
Tant qu’à Montgomery, il y en avait pour tout le monde! pris lors du siège de Domfront, Il fut par ordre de la Reine torturé et décapité en place de grève le 26 Juin 1574 sous les yeux de Catherine de Médicis qui n’avait pas voulu en perdre une miette!

Et l’on dit que notre époque est violente!

Après cette aparté concernant la fin d’Henri II , revenons à notre belle  Diane.

A partir de la mort du Roi, elle ne dispose plus  d’aucune autorité et se retire en son château d’Anet qu’elle a fait restauré et qui est devenu la superbe demeure que l’on connaît.

La mort de Diane.

De quoi est morte Diane de Poitiers?

D’avoir voulu rester la plus belle!

Afin de garder la beauté éternelle, elle pratiquait toutes sortes de sports surtout l’équitation et  buvait chaque matin un élixir contenant de l’or. Cette potion magique lui fut fatale à 66 ans. 

Elle fut enterrée dans la chapelle funéraire qu’elle avait fait construire près du château .
En 1795 les révolutionnaires ont ouvert le tombeau , se sont partagés quelques mèches de cheveux en souvenir et de pauvres habitantes d’Anet rassemblèrent les restes et la mirent avec deux de ses enfants dans la fosse commune près de l’église.

Ce sont les techniques modernes  qui ont fait découvrir d’après une mèche de cheveux de Diane les causes de son trépas.
  Heureusement pour l’histoire, cette mèche était cachée dans le château et l’ADN a parlé, attestant formellement l’identité de la belle favorite et la teneur en or 500 fois plus importante que la moyenne.

Après 215 ans d’attente,  le 29 Mai 2010, Diane a retrouvé en grande pompe,  son tombeau lors d’une reconstitution historique .

Que du beau monde! L’actuel propriétaire du château, les élus locaux, et la Duchesse de Kent cousine de la Reine d’Angleterre en costume d’époque.

Le château d’Anet reçoit des milliers de visiteurs chaque année et c’est justice.

 

  La Prophétie de Nostradamus.

Voici à peu près la prophétie.

Le vieux se battra en duel contre le jeune (le Roi)

Sous son casque  d’or il lui crèvera les yeux

Il lui fera deux plaies qui le feront mourir de mort cruelle.

 

Nostradamus_CI-35_v1656

 

 

 

Des nobles normands assassins de leur épouse. 23 mai 2016

Classé dans : histoire - biographie — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 16 min

 

                                                       Assassinat par son époux Jacques  de Brézé  de Charlotte de Valois fille d’Agnès Sorel.

Charlotte de Valois

                                                                                                                         Charlotte était aussi jolie que sa maman la belle Agnès Sorel.

De tous temps le cocufiage n’a jamais été apprécié par celui qui le subit .

A l’époque ou se passe mon récit,  les mœurs étaient plutôt  légères  mais  il y avait parfois des représailles sanglantes, Ce fut le cas   pour un couple célèbre de  l’époque.

Lui ( le cocu)  Jacques de Brézé, Grand Sénéchal de Normandie 1467-1486 marié pour des raisons politiques à :

 Charlotte de Valois,  l’une des filles du roi Charles VII et de la belle Agnès Sorel ( dont nous avons déjà parlé largement dans nos chroniques) ce qui en faisait la demi sœur du roi Louis XI qui avait la réputation de n’être pas un tendre.

Le couple durait tant bien que mal depuis une quinzaine  d’année et avait quand même officiellement 5 enfants . J’insiste  sur officiellement car au vu de ce qui va suivre  : maman sûre, papa peut-être!

 Nous sommes le 13 juin 1476
Jacques de Brézé de retour de la chasse et  son épouse, se retirent  dans leur chambre respectives mais Charlotte,  d’après les dires de son mari était  »meue de lescherie désordonnée » comprenne qui voudra : pour moi, il l’accusait d’être  une » chaudasse »".

Donc,  elle attire dans son lit le grand Veneur Pierre de la Vergne, laquelle chose est rapportée au cocu par un sien serviteur :  ben voyons!

Le sang de Jacques de Brézé ne faisant qu’un tour , il prend son épée, fait défoncer la porte où devaient se trouver les amants ( à cette époque la coutume était de ne pas faire l’amour tout nu ) peut-être pour pouvoir se rhabiller plus vite en cas d’alerte!   il  trouve  le grand veneur en chemise et  »lui baille son épée dessus la teste et au travers du corps tellement il le tua ».

Il trouve son épouse qui s’est  réfugiée dans la chambre où dorment ses enfants,  la prend  et la tire par terre.  »En la tirant en bas,  luy passe ladicte épée parmi les mamelles et estomach  la faisant pa220px-Louis-XIsser de la vie à trépas. Il l’a fait enterrer à l’abbaye de Coulons près  Nogent Le Roi.                                                                 

Pas besoin de dire que le Roi Louis XI n’apprécia pas du tout l’assassinat de sa demi-sœur et que Jacques de Brézé   beau-frère ou pas beau frère, devait  s’attendre à des  représailles .

Ni une ni deux,  l’assassin est condamné à la peine de mort par le roi,  qui finalement fait commuer sa peine en emprisonnement,  ce qui équivalait  à  mourir à petit feu car Louis XI dont la réputation de cruauté n’est plus à faire,  avait le don de vous laisser pourrir au fond d’un cachot pendant des années . La conciergerie, Vernon ,Jacques  de Brézé connut cela durant neuf ans alors que ses biens confisqués,  qui auraient dû tomber dans l’escarcelle du Roi,  furent remis au fils ainé du prisonnier par égard pour la famille de sa demi-sœur Charlotte.

Louis XI  ci-contre  rendit l’âme à l’âge de 60 ans .

Dès le décès de Louis XI, Jacques de Brézé reprend du poil de la bête, se pourvoit contre cette condamnation et sort des prisons dont il était l’hôte depuis 9 ans  et grâce à ses lettres de rémission, il  reprend son titre et son rang 9 ans après le meurtre qui l’avait privé de sa liberté.  

Finalement le parlement et le roi Charles VIII lui obtiennent le plein pardon.

Et l’on dit que le crime ne paie pas! il vécu encore 8 années  puisque sa mort remonte à l’an 1494.

 

                                                       Assassinat de  Françoise de Sébastiani par son mari Charles de Choiseul Praslin comte de Coigny.

 

   Les protagonistes de l’histoire tragique qui suit sont Le Duc Charles de Choiseul Praslin,  chevalier d’honneur de la Duchesse d’Orléans d’une part,  d’autre part, son épouse Françoise Sébastiani fille du  général Horace Sébastiani de la Porta qui fit la gloire de l’empire.

Que du beau monde!

Qu’est ce qui poussa ce père de 10 enfants à assassiner son épouse à coup de couteau un soir d’ Août 1847 ?

Un portrait de la belle la dit jalouse, poursuivant son mari de ses désirs comme une vraie nymphomane,  lui écrivant 20 lettres par jours,  non pas 20 SMS ! ce qui aurait été plus rapide si cela avait existé,  mais vingt lettres  avec la plume d’oie s’il vous plait ! quel travail.

 Avait-elle ses raisons? la rumeur disait que le Duc avait une liaison avec la préceptrice des enfants.   

Toutes ces causes  l’auraient amenée à se  débarrasser de sa trop encombrante épouse.

La police trouva vite le coupable et le mit en prison en attendant le procès, mais officiellement, il se suicida à l’arsenic sept jours plus tard.

La rumeur s’empara de l’affaire, accusant le gouvernement d’avoir prétendu le suicide du Duc,  mais qu’en réalité on l’aurait laisser partir  à l’étranger,  puis à proximité de son domaine de Coigny dans le Cotentin où il aurait vécu une vie de reclus.

 l’écrivain  La Varende a immortalisé cette hypothèse avec son roman « L’homme aux gants de toile  ».

 

 

 

Le couple Sébastiani et Choiseul Praslin. Françoise_Sébastiani_della_PortaCharles_Laure_Hugues_Théobald_de_Choiseul-Praslin

 

 

 

La brèche au Diable et le tombeau de Mary Joly. 13 février 2016

Classé dans : histoire - biographie,légendes normandes — histoiresetlegendesnormandes @ 17 h 05 min

 

 

Le site de la brèche au Diable  et le tombeau de Mary Joly.

 

Si vous vous intéressez à la Normandie, votre curiosité vous a certainement poussé jusqu’en  Suisse Normande, qui comme son nom l’indique,   n’est pas un pays de plaine.

Mettez vos chaussures de randonnées  et suivez moi .  nous sommes dans le Calvados dans les communes de Potigny puis Soumont saint Quentin  à 7 Kilomètres de Falaise.

Là, coule tranquillement la rivière appelée le Laizon.  Mais dans un temps très reculé cet endroit ne fut pas de tout repos . Je vous ferai grâce de toutes les légendes qui circulent sur ce lieu  désolé sur le laizon et vous raconterai ma préférée.

Lassé de voir son manoir inondé chaque année par la crue du Laizon, qui obstruait en partie son cours, le Seigneur de Poussendre se voua en vain à tous les saints du ciel!

Le malin, toujours à l’ affut d’un mauvais plan,  le surprit un soir la tête dans les mains  entrain de pleurer.

Son chagrin fit rire d’aise Satan qui frotta ses mains noires et velues l’une contre l’autre en pensant: Il y a bien longtemps que je l’attendais au tournant celui-là ! Cette fois, c’est dans la poche !

Le démon, qui sait être charmant prit un air attristé en abordant le désespéré : » Que vous arrive t’il Messire, quelle est la cause de votre chagrin? »

Le Seigneur mis en confiance  par la compassion de son interlocuteur , lui parla de ses soucis à cause de son  manoir qui menaçait de s’engloutir à chacune  des crues fréquentes et la tristesse de ne pouvoir transmettre ce patrimoine à ses enfants.

-Qu’à cela ne tienne , Monseigneur, vous m’êtes très, très sympathique et je suis en mesure de vous rendre  service. Si vous êtes bien décidé à accepter mon aide, signez ce pacte avec quelques gouttes de votre sang et tous vos soucis disparaitront comme par enchantement.  Au mot de pacte,  le Seigneur sursauta et sut tout de suite qu’il avait à faire au prince des ténèbres,  d’autant plus qu’il avait remarqué que ce dernier dégageait une forte odeur de souffre.

C’est que… je voudrais réfléchir un peu  car je suppose que vous me demanderez  mon âme en échange.

C’est vraiment un plaisir de parler affaire avec vous! Je vous laisse à vos réflexions: N’hésitez pas à m’appeler si vous avez besoin de moi.

La dessus le Diable disparut dans une épaisse fumée.

Notre homme se retrouva tout hébété d’être resté  seul avec ses emmerdes , d’autant plus que le vent se mit à souffler en rafales, le tonnerre , dans un bruit d’enfer, fit zébrer dans le ciel des éclairs fulgurants dans des nuages d’encre,  et l’eau de Laizon , grossi par une pluie cinglante  envahit tant et si bien le manoir que son propriétaire dut se réfugier tout tremblant au plus haut de la tour.
 »Satan, si tu es capable d’arrêter ce déchainement des éléments , fais le je t’en supplie afin que je laisse ma demeure à mes descendants !
Allez, prend mon âme ! donne-moi ton contrat de malheur que je le signe avec mon sang. »

Le malin qui attendait tapi dans un coin s’exécuta rapidement de peur que notre homme  ne se ravise et que l’âme du malheureux ne lui passe sous le nez.

Dans un grand fracas, la roche se fendit sur toute sa hauteur et un éclair plus fulgurant foudroya le seigneur qui roula dans le précipice en proférant des jurons et il alla rejoindre directement l’enfer où l’attendait le Démon.
Aussitôt le ciel redevint serin, le Laizon changea de cours et s’engouffra dans la brèche ,  permettant à l’eau accumulée de s’écouler rapidement et plus jamais le manoir ne fut inondé.

C’est ici que nous allons faire connaissance avec le capitaine Dulomboy  habitant du manoir de  Poussendre  hérité de son  lointain ancêtre. 

Un peu avant la Révolution,  ce jeune homme se rendit à Caen pour voir jouer » Le Malade Imaginaire ».

Une belle  actrice du nom de Marie Joly interprétait le rôle de Louison et recevait chaque soir une ovation bien méritée, surtout de la part des messieurs.

Peine perdue elle était très sage et ne vivait que pour son art.

Pourquoi laissa t’elle entrer dans sa loge le brillant jeune homme qu’elle avait remarqué depuis quelques semaines?  Seul Cupidon devrait savoir nous répondre! 

Capitaine Dulomboy pour vous servir! Pardonnez moi d’avoir forcé un peu la  porte de votre loge mais l’admiration que j’ai pour votre talent et votre beauté me donne des ailes!

Que c’était joliment dit tout ça! et que cela nous semble désuet alors que l’on ne tourne pas » cent sept ans autour du pot  »pour dire à quelqu’un qu’on est amoureux et que l’on serait ravi d’avoir la clé de sa chambre!

Bref le capitaine invita la demoiselle  dans son manoir tout près de la  »Brèche du Diable  »et  lui proposa de l’initier aux joies de l’équitation.
C’est ainsi que Marie débarqua un soir de relâche avec sa chambrière,  ce qui faisait beaucoup plus convenable, au logis du capitaine.

La citadine fut bien vite éblouie par la beauté de cet endroit et elle reprit chaque semaine le chemin  qui l’emmenait vers son prétendant . (L’histoire ne dit pas si la chambrière lui servait toujours de chaperon)!


Le Capitaine profondément épris et devant les progrès de sa bien-aimée lui confia sa plus docile monture, puis lui fit découvrir main dans la main les sentiers qui mènent au site merveilleux et sauvage. ( d’où les chaussures de randonnées que je vous ai conseillé plus haut).

Marie qui faisait de grands progrès demanda un jour au jeune homme la permission de gravir seule à cheval le site qu’ils avaient tant de fois admiré.

Les voilà donc partis par une chaude après-midi d’été .
Marie est aux anges,  l’amour lui donne des ailes , elle éperonne doucement sa monture qui l’emmène par les sentiers conduisant au rocher, laissant son ami à quelques pas derrière elle, la jeune fille s’arrête et embrasse du regard le sublime point de vue, lorsque le cheval, certainement piqué par un taon s’approche dangereusement de l’abîme  et se cabre en faisant entendre un douloureux hennissement.
Dans un éclair, Marie comprend qu’elle est perdue!

Avec l’énergie du désespoir, elle tire la bride de son étalon et miraculeusement, au lieu de retomber dans le vide, les sabots de sa monture retrouvent la fermeté du rocher .

Livide, elle se laisse choir à terre tandis que son ami éperdu de bonheur  la serre tendrement dans ses bras!

 La légende dit qu’après avoir frôlé la mort, dans un grand élan de vie, Marie se serait donnée corps et âme pour la première fois à celui qui devait devenir son époux.

Jure-moi, lui aurait elle demandé,  de faire de cet endroit où j’ai bien failli perdre la vie le lieu de ma dernière demeure!

Son parcours  ne fut pas un long fleuve tranquille, loin s’en faut! Soupçonnée de royalisme,  dénoncée par Danton, elle est enfermée durant cinq mois à Sainte Pélagie avec d’autres actrices de la Comédie Française. Encore heureux qu’elle n’ai pas perdu la tête qui était fort joie. On la perdait pour moins que ça à l’époque!

Cinq maternités, un surmenage dû à son métier  et une faiblesse des poumons eurent raison de sa santé et elle d’éteignit à l’âge de 37 ans .
Fou de douleur, le Capitaine Dulomboy devait s’acquitter de la promesse faite à son épouse bien des années auparavant.

S’il ne connaissent  pas l’histoire, les promeneurs s’étonnent de découvrir ce tombeau dans un endroit aussi solitaire.

Quand le temps est favorable,  madame Kermaïdic dont la famille veille sur le tombeau depuis 5 générations,  peut vous faire visiter ce lieu étrange. Il suffit de lui téléphoner la veille au 02 31 90 67 84 vers 21 heures.    

   

    tombeau de Mary Joly

     

    

 

 

 

 

12
 
 

CROISSANCE ECONOMIQUE RU-EU |
Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ROUEN 1900
| Mesfanfic1
| Timzeer