L'histoire et les légendes Normandes vues par Solange

Partage de l'amour de la Normandie

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

Mon amie habite chez les fantômes. 19 juin 2017

Classé dans : Diableries en tous genres — histoiresetlegendesnormandes @ 14 h 31 min

Histoire vraie. 

Pour la première fois mon amie m’a confiée vivre avec son mari et ses enfants au milieu de fantômes.

 Ces dires  m’ ont été confirmés par sa mère.

Mon amie,  une très belle jeune  femme de 40 ans, n’a rien d’une sorcière ni d’une illuminée.

Nous sommes en 2002 en bordure du département de  l’Orne . Un jeune couple, parents de deux enfants, projette d’acheter à la campagne  une  maison ancienne d’un prix plus que raisonnable . Ils apprendront par la suite    que les propriétaires  n’ont pas fait long feu dans cette maison et qu’elle fut longtemps inoccupée .

Lors de la première visite sa mère  prévient sa fille : N’achète pas cette maison, j’y sens de mauvaises ondes! 

Elle ne croyait pas si bien dire:  dès les premiers jours de leur arrivée, des phénomènes paranormaux devaient leur empoisonner la vie .

D’abord ce fut des serpents qui sortaient de partout. Sa mère armée d’une bombe à insecticide  les mis en fuite.

Puis des rats, des punaises, des odeurs de cadavre leur indiquèrent qu’ils n’étaient pas les bienvenus dans leur maison . Les appareils ménagers tombèrent en panne les uns derrière les autres :   bref la totale! 

C’était compter sans la pugnacité de mon amie qui fit venir un exorciseur afin de remettre tout cela dans l’ordre.

Ces mauvaises choses disparurent mais la maison resta hantée avec des fantômes de moins en moins malveillants comme s’ils s’étaient habitués à leur présence.

 Un jour, alors que son mari était en déplacement , elle sentit une forme allongée auprès d’elle dans son lit.  »Tient se dit-elle voilà ma fille qui a quitté son lit pour venir dormir avec moi ! Elle regarde et voit une forme blanche représentant un enfant. Elle pose la main: il n’y avait rien.

 Cela dure depuis 15 ans.  Il y a une deuxième famille dans sa maison. Même si elle n’est plus malveillante, rien que d’y penser , ça fait froid dans le dos!.

Finalement lassée, mon amie  envisage d’aller vivre dans un endroit plus serein: Peine perdue les acheteurs se font attendre!

Les fantômes semblent vouloir les retenir .  

 

 

abbayes et leurs fantômes : Saint Wandrille 14 juin 2015

Classé dans : las abbayes et leurs fantômes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 19 min

saint wandrille           

 Abbaye de Saint Wandrille-Rançon . 

L’abbaye de Saint Wandrille (Seine Maritime)   fut construite en 649 sous le Roi Dagobert : Vous savez celui qui avait mis sa culotte à l’envers!  Le Saint était justement son premier ministre avant de faire ériger le bel édifice construit non loin de la Seine. 

Je connaissais l’histoire d’un moine dépravé nommé De Gruchy,  aidé par une bande de malfrat qui volèrent des objets de grande valeur, une croix , un calice en or ainsi que de précieux manuscrits de la bibliothèque ,  le tout rescapé des guerres de religion.

L’un d’eux nommé Fournage fut livré à la justice des hommes , pendu et déchiré en lambeaux, quand à Gruchy il dut connaître les affres de l’enfer qui se manifestèrent sur son tombeau: Il sortait tous les jours de son sépulcre une si grande quantité de crapauds que les moines eurent toutes les peines du monde à s’en débarrasser et ce, des mois durant.

 Si vous êtes convaincus que l’on peut communiquer avec les esprits à l’aide de tables tournantes: écoutez bien cela ! Je viens de la trouver par hasard.

Dans les années 1907 vivaient dans les locaux encore habitables de l’abbaye,  l’écrivain poète Maurice Maeterlinck et son amie Georgette Leblanc cantatrice,  cette Georgette là étant la sœur de l’écrivain Maurice Leblanc que l’on connaît à travers Arsène Lupin: Que du beau monde!

La soirée s’achève et l’un des invités invite les convives présents à se plier à une séance de table tournante. Pas très convaincu Maeterlinck  reste à l’écart en observateur. Et un esprit se manifeste…. Il dit être l’ancien prieur de l’abbaye au XVII° siècle, qu’avait-il commis de grave pour  que son âme erre  pour sa pénitence  comme il le prétend ?

Il réclame  que l’on prie pour lui et finit par divulguer l’emplacement de sa tombe dans la galerie du vieux cloitre en 1693 .

Le lendemain on rechercha la pierre tombale cachée à l’endroit indiqué par l’esprit.  Effectivement on trouva une vieille tombe  avec les initiales A D 1693. Bluffant non?

 

 

L’abbaye normande la plus hantée: Mortemer 13 juin 2015

Classé dans : las abbayes et leurs fantômes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 09 min

Ancienne_abbaye_de_Mortemer_-_Lisors_-_Eure_- L’abbaye de Mortemer .

L’abbaye de Mortemer située entre Lyons la Forêt  et Lisors dans l’Eure,  aurait le triste privilège  d’être l’abbaye la plus hantée de France.  Construite au XII° siècle,  le lieu de sa construction a été admirablement choisi par les moines bâtisseurs autour d’un superbe étang.

Pourtant de sombres drames se sont déroulés en ces lieux.
Mathilde l’Emperesse, petite fille de Guillaume le Conquérant aurait été emmurée durant cinq ans par son père Henri I° et revient hanter ces lieux de souffrance sous la forme d’une dame blanche ou noire selon les évènements à venir.  

On y aurait rencontré un goubelin prenant l’apparence d’un chat.  

 Durant la révolution quatre moines furent assassinés dans le cellier par les révolutionnaires avides de sang :  un cinquième aurait échappé au massacre et aurait divulgué ces faits.

Le bruit d’une crécelle invisible invitant à la prière aurait fait chaque jour apparaitre les quatre moines défunts venus assister  aux offices dans l’église en ruine . 

Durant la dernière guerre mondiale les allemands avaient choisi ce lieu comme quartier général pour leur assurer espace et tranquillité. C’était sans compter sans les autres résidents occupant la place depuis plus de deux cent ans qui revendiquaient eux aussi leur tranquillité.

Dérangés, les quatre moines ne cessèrent de sangloter dans les sous-sols de l’abbaye . Agacés, les allemands qui avaient la gâchette facile,  essayèrent leurs armes sur les spectres, en vain, les lamentations des fantômes redoublant d’intensité,  les obligèrent à laisser le terrain libre et à chercher des lieux plus paisibles à leur installation.

Plus près de nous, dans les années 1950, un gardien fut affecté à l’entretien de l’abbaye et à la sauvegarde de ces lieux.
Excédé par le voisinage des indésirables de tout poil qui hantaient les parages, il préféra leur laisser le champ libre.

On peut visiter l’abbaye :  nombreux sont les visiteurs  qui espèrent rencontrer au détour du chemin les ombres du passé.   

 

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

le grimoire. 20 mai 2015

Classé dans : Diableries en tous genres,légendes normandes — histoiresetlegendesnormandes @ 16 h 06 min

Honorius                                       

Le grimoire .

 

On était en hiver, il gelait à pierre fendre  et les derniers assistants d’une veillée prenaient congé de leur hôte,  après avoir repris un dernier  verre pour la route:  un café bouillu et rebouillu au coin de la cheminée avec bien heureusement la rincette de Calva pour faire passer le breuvage , car chaque normand sait que café bouillu, café foutu!

A cette époque on était bien moins regardant .

Comme chaque soir, s’était joint à la société un chien inconnu que les participants avaient surnommé Nerchibot à cause de sa couleur noire.

Comme on aime bien les bêtes dans  la région, on lui donnait quelques pommes de terre, car il était arrivé famélique dans la maison de Jean des Fontaines et s’était  » adonné « comme s’il était chez lui.

Il arrivait donc le soir, à l’heure de la veillée, s’allongeait de tout son long devant la cheminée, écoutant et regardant la société  avec des yeux presque humains et décampait sitôt le dernier visiteur reparti.

Quelqu’un avait bien suggéré qu’il s’agissait peut-être d’un homme devenu  chien  par on ne sait par quel sortilège, mais finalement, beaucoup doutaient et disaient bien haut que tout ça c’étaient des histoires de fou.

Une fois le dernier veilleur parti, Jean des Fontaines s’adressa au chien  et lui dit:

Allez Nerchibot, il est temps de dégager!   tu ne vas pas quand même coucher là , et comme la bête ne bougeait pas d’un poil, le maître des lieux insista très fortement et dit au chien qui le regardait suppliant: » Tu ne veux quand même pas que je te fiche un grand coup de pied au cul pour que tu t’en ailles » et il joignit le geste à la parole!

-Si vous saviez mon père dans l’état où je suis réduit, vous auriez pitié de moi !

Un chien qui parle ?  je n’ai pourtant pas abusé du calva! Qu’est ce que cela veut dire mon Dieu ?

-Cela veut dire mon père qu’au séminaire où vous m’avez envoyé, et où je devrais toujours être, j’ai lu dans un vieux grimoire ouvert chez le supérieur , un jour qu’il était absent, et je me suis tout d’un coup sentir devenir chien. J’ai erré plusieurs jours et me suis dit que je serai mieux chez vous  et comme l’hiver est là ,  me voilà!

Jean des Fontaines avait déjà entendu de pareilles fables racontant que les prêtres avaient un livre mystérieux , un mauvais grimoire qui produit des effets fort bizarres quand on le lit : ainsi, on racontait que le curé de Jobourg  après avoir lu un tel grimoire tait resté trois jours en enfer, mais le maître de maison ne croyait pas à de pareilles sornettes. Pourtant Nerchuibot , le chien noir qui lui tenait la conversation avec la voix de son fils était bien réel!

Si ce que tu me racontes est vrai, qu’est ce que je peux faire pour te rendre la forme humaine?

 Retourner à Sottevast chez le supérieur et en douce,  en son absence, « délire « la page qui m’a mis dans cet état  : c’est ainsi que le curé de Jobourg est revenu de l’enfer !

 »Délire  »?  oui la lire à l’envers , c’est la page 13 . Malheureux enfant! Reste ici, on te nourrira. Ne dis surtout rien à ta mère , j’irai à Sottevast et je tâcherai d’arranger ça !

Dès le lendemain, Jean des Fontaines alla « délire « en secret la page qui avait par sortilège transformé son fils en chien et ce dernier retrouva sa forme humaine .
Retourné au séminaire, ce dernier  au grand jamais  ne remis le nez dans un grimoire!

 

 

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

Des histoires de Varous. 7 mai 2015

Classé dans : Diableries en tous genres — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 37 min

Loup-garou-Lebrun                              

                                     Histoires de Loup Garou appelé aussi Varou.

 

La cour du château d’Entremont (Seine Maritime) fut autrefois le théâtre d’une histoire de Varou .

Depuis quelques temps déjà, un habitant du château voyait tous les jours à la même heure un gros chat noir à longue queue (qui fait penser au malin) ou plus souvent  une tourterelle , qui après s’  être posée sur la margelle du puits  était tellement hardie qu’elle venait taper au carreau. C’est trop fort se dit le jeune homme qui devint vite agacé! Je vais me la faire la tourterelle!  Il prit son fusil et tira plusieurs fois dans la direction de l’intruse . Bien que réputé bon tireur, l’oiseau passait toujours entre les balles.

Je ne rate jamais mes cibles se dit-il !  Il doit y avoir là-dessous une histoire de loup-garou.   Vous l’apprendrez au fil des récits,   un homme ou une femme poursuivi par la malédiction peut  se transformer en loup ou selon les besoins en toutes sortes d’animaux :  oiseau, chat,  chien, cheval etc..

Revenons à notre châtelain et sa tourterelle :  Je vais me procurer une balle bénite et rira bien qui rira le dernier!

Il se posta et attendit sa tourterelle qui ne tarda pas à apparaître sur la margelle du puits.

Un coup de fusil bien dirigé cette fois,  l’abattit vite fait bien fait,  sur le sol . Le tireur content de lui, s’approchant de sa victime , eut la  surprise de trouver là,  baignant dans son sang,  une jeune fille qu’il reconnut aussitôt: c’était une servante d’auberge qu’il avait séduit autrefois puis abandonné.

Mortellement atteinte , la malheureuse expira en jetant un dernier regard de reproche sur son séducteur!

                                                                                                                  

                                                                                                Autre histoire de loup garou.
Là,  il s’agit d’un loup garou,  vraiment  un  loup…ou plutôt louve.

En 1884 , un brave paysan nommé Roger Sabouroux, un peu braconnier sur les bords ,chassait sur les terres d’une abbaye pour améliorer l’ordinaire. La nuit vient de tomber et notre chasseur voit devant lui deux grands yeux jaunes.
Aucun doute, c’est une énorme louve comme il y en encore au XIX° siècle en forêt de Lyons. Le braconnier fait feu, l’animal touché s’enfuit en hurlant.
Ah ! tu peux  hurler sale bête  on aime pas les loups par ici !

Au petit matin devant sa porte, il retrouve le cadavre ensanglanté de son épouse qui courrait le varou à l’insu de tous.  Pourquoi ? son époux  ne le sut jamais.  Peut-être avait-elle fait un pacte avec le malin ?  était-elle victime d’ une malédiction ou excommunication ?

Le brave paysan ne s’en remis jamais. 

                                                                                                                  La, c’est le fils qui écope.

 

A Servigny ( Manche) un fermier chaque nuit  entendait ses chevaux hennir anormalement, et au matin, ils étaient blessés comme s’ils avaient été mordus .

Un soir le fermier se cacha armé de son fusil.
A minuit, il vit arriver un grand cheval noir qui pénétra dans l’écurie et se jeta furieusement sur les bêtes affolées.

Le fermier tira alors sur le cheval noir qui s’effondra dans la cour de la ferme .

A mesure que l’animal reprend sa forme initiale d’homme, le fermier reconnait avec horreur son pauvre fils qu’il avait tué.

Pourquoi  le fils avait-il agit de cette sorte? Il était possédé du démon qui lui faisait courir le varou et commettre toutes sortes de méchancetés .   
  

 

 

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

Lycantrope ou loup-Garou

Classé dans : Diableries en tous genres — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 09 min

Loup-garou-Lebrun

                                        Comment et pourquoi on devient Loup-Garou.

 

   On retrouve la croyance du loup-Garou dans  l’antiquité, au moyen âge, il en est beaucoup question,  et même plus près de nous dans les années 1850 devenir loup  était  un fait avéré .

  L’inquisition,   tribunal religieux souvent arbitraire  exhortait le coupable d’un crime à se dénoncer sous peine d’excommunication . L’inquisiteur concluait par ces mots terribles dits en latin: Wargus Habeartur .

Tant pis si vous ne parlez pas latin!   moi non plus d’ailleurs , mais cela voulait dire : « que le coupable soit hors la loi, soit loup! « 

On pensait qu’avec cette formule soi-disant magique, le coupable était livré au Diable et obligé de courir le « Varou » durant sept ans.

   Le sort du loup est peu enviable, dès la nuit venue, il revêt sa peau de loup appelée « hure » il doit s’arrêter devant toutes les églises, tous les carrefours, tous les calvaires où le Diable son maître le fouette avec un martinet.

 Heureuse époque où  les châtiments corporels étaient encore permis!

Très souvent,  Satan le prend pour monture et oblige  la pauvre bête à passer sans détours à travers les champs, les broussailles, les épines et les fossés. On l’accuse même de dévorer des enfants, sous l’emprise de son maître Lucifer!

Selon la croyance, après avoir été inhumé, un homme  qui s’est damné en faisant pacte avec le Diable peut devenir Loup-Garou. le poids de ses crimes le tourmente et l’on peut voir la terre se soulever au- dessus de sa tombe . Il se fait dans le cimetière un grand tapage ! c’est pourquoi les curés surveillent leurs morts et en cas de symptômes effrayants, ils déterrent les suspects avec une pelle neuve, de préférence,  pour ne pas qu’il se mette à courir le Varou , puis ils lui coupent la tête et vont la jeter dans la rivière.  

Si l’on veut sauver le loup garou, le retirer des griffes de Satan  il faut le percer d’une main ferme: si le sang coule, le loup garou est sauvé, il reprendra son aspect normal.

Pour le tuer, il suffit de tirer sur son ombre avec une balle bénite: il reprend à l’heure de sa mort une forme humaine.

Dans une prochaine page, je vous raconterait des histoires de Varou qui ont souvent mal tourné.

 

 

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

La pie de Nestor. 30 avril 2015

Classé dans : Diableries en tous genres — histoiresetlegendesnormandes @ 16 h 01 min

290px-01-MagpieL e Vieux   Nestor avait rendu l’âme ces jours derniers dans le Calvados et toute la famille suivait le Corbillard pour le conduire à sa dernière demeure.

Il faisait un temps superbe.  Les pommiers aux troncs noueux faisaient ressortir  le rose et blanc de leurs fleurs en bouquets. Les petites maisons en colombage semblaient être posés là comme sur des coussins d’herbe tendre et le merle chantait en attendant les premières cerises.

Il faisait trop beau pour partir d’un temps pareil !  surtout qu’en Normandie……

Les premiers assistants, derrière le corbillard se croyaient obligés de montrer des mines  d’enterrement mais plus on allait vers la fin du cortège,  plus les assistants s’égaillaient .

-Ce vieux Nestor, c’était quand même un bon vivant! 

-C’était un bon gars mais  il aimait bien le Calva!  

-On en a pris des cuites ensemble quand on était jeunes,  après plus question,  nos bergères nous surveillaient de près!

-Il avait eu une drôle d’idée d’avoir apprivoisé une pie !

-C’est du jamais vu!

-Oui mais moi je l’ai vue  et entendue: quand on rentrait chez lui,  elle disait : « Bonjour, je m’appelle Nestor, ça va t’y ?    Le pis c’est qu’en rangeant les affaires de son cher disparu, la femme de Nestor,   qui savait que la bestiole avait mouru il y a quelques temps,  a retrouvé l’animal tout «  déssequi »  dans un placard.

-Il en avait eu du chagrin sur le coup  le Nestor,  mais c’est là qu’il nous avait dit  qu’après sa mort il reviendrait sur terre sous la forme d’une pie.
-Il en avait tout de même des  drôles idées !

Pour se consoler, on se dirigea vers le repas des funérailles qui en Normandie ressemble plutôt à un repas de communion,  c’est souvent l’occasion de revoir la famille lointaine qu’on ne verrait jamais autrement. On se fait pourtant la promesse qu’on attendra pas le prochain enterrement pour se rassembler.

On mangea de bon appétit on but de même,  bien content de se revoir même si l’on trouvait les autres un peu vieillis.

Or à la fin du déjeuner, une pie vient se poser sur le rebord de la fenêtre restée ouverte et cria joyeusement à deux reprises ! Bonjour, je m’appelle Nestor ça va t-y?  puis elle s’envola aussitôt.

Un silence glacial plana sur les convives qui eurent carrément l’appétit  coupée.

On ne revit jamais l’oiseau!

Les plus septiques démontèrent que Nestor avait dû  apprivoiser une deuxième pie en cachette de sa femme,  mais la plupart pensèrent qu’il  s’était réellement réincarné  comme il le souhaitait tant!     

D’après l’ouvrage de Jean Paul Lefèvre-Filleau : Mystères en Normandie

 

 

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

La maison de la sorcière . 24 avril 2015

Classé dans : Diableries en tous genres — histoiresetlegendesnormandes @ 14 h 38 min

Encore des esprits frappeurs.

 

Un soir d’Octobre 1982,  non loin du Mont Etenclin réputé Mont des sorciers, un célibataire qui vivait près de La Haye du Puits (Manche), regardait paisiblement la Télé quand il eut l’impression qu’un lourd objet était traîné sur le plancher du grenier de sa maison . Pour s’en assurer, il se dirigea immédiatement dans les combles où il ne remarqua rien d’anormal. Perplexe, il redescendit, croyant avoir été l’objet d’une hallucination.

Quelques jours plus tard, le même bruit se fit de nouveau entendre, pendant que le propriétaire du logis lisait confortablement  assis dans un fauteuil du salon. Cette fois, il fut certain d’avoir bien entendu. Il monta quatre à quatre les  marches de l’escalier( quel courage!) mais dès qu’il pénétra dans le grenier, le phénomènes insolite cessa.

Peu à peu, de nouveaux faits troublants se reproduisent: le fauteuil sur lequel il regardait la télé se balança tout seul, des portes s’ouvrirent et se refermèrent, les lumières s’allumaient toutes seules. Un cendrier posé sur la table alla se fracasser contre le mur de la salle à manger. Au cours d’une nuit, les étagères se vidèrent de leur contenu. Provoqués par une main invisible, d’incroyables faits semblables se succédaient sans répit.

 Le comptable craignait de s’attirer des moqueries s’il en parlait autour de lui !

Convaincu que sa maison était hantée par des esprits malins, il se mit à consulter des ouvrages traitant de la sorcellerie et de l’occultisme dans l’espoir de trouver remède à ses maux.

Un jour qu’il était plongé dans la lecture traitant d’esprits frappeurs , il perçut un bruit semblable à celui d’une crécelle, puis une voix venant d’outre-tombe lui chuchota à l’oreille.

Tu as peur’ hein ? (il y avait de quoi ! )

Pris de panique , notre homme qui vraisemblablement  pétait un plomb,  si ce n’est plusieurs,   sortit de sa demeure en poussant des hurlements qui attirèrent son plus proche voisin professeur d’histoire. A l’arrivée de celui-ci, le calme était revenu.

Le comptable décida de se confier à l’enseignant qui l’écouta avec beaucoup d’attention et lui conseilla d’effectuer des recherches sur l’histoire de sa propriété auprès des Archives Départementales de la Manche et des Archives Diocésaines de Coutances.: peut-être y trouverait -il la clé du mystère.

Après de longues investigations, le comptable finit par découvrir qu’en 1670 eut lieu un procès retentissant dit « Procès de La Haye du Puits » à l’encontre de sorciers qui officiaient sur le Mont Etenclin. Les archives lui apprirent que sa maison était implantées sur le territoire d’un ancien cimetière: une sorcière y avait peut-être été enterrée.

Comme les esprits frappeurs continuaient leur raffut, le comptable préféra déménager.

Propos recueillis auprès de J P Filleau.

 

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

esprits malfaisants 22 avril 2015

Classé dans : Diableries en tous genres — histoiresetlegendesnormandes @ 21 h 59 min

   

   Nuit de terreur à  Louviers.

   Les faits relatés ne sont pas le fruit de mon imagination. Ils proviennent de recherches d’archives et d’articles de  presse .

Dans les années 1591 à Louviers des faits bizarres défrayaient la chronique.

« Le 16 août de cette même année, vers minuit, on entendit de grands bruits dans une maison qui était vis à vis du portail de l’église. Le capitaine et les soldats du Gué appelés en renfort virent passer par la fenêtre de « laditte » maison, tables,  chaises et autres meubles.

La femme Legay et la femme Deshayes apparurent à la fenêtre criant à l’aide et se voulant jeter du haut en bas, tellement elles avaient grande frayeur, disant que c’était un esprit qui les avoient tourmentées et avoit tout renversé les meubles sans dessus dessous.

Elles disoient que viron sur la minuit , un esprit était descendu par la cheminée comme un brandon de feu et qu’après s’être adressé à la servante agée de 22 ans, il l’avoit  poursuivi dans la ruelle du lit , l’avoit battu d’une hallebarde , dont elle avoit le visage meurtri et avoit fait le brisement et le désordre qu’ils voyaient « .

Les soldats du guet allèrent chercher le curé exorciseur qui fit ce qu’il fallait pour retrouver le calme et qui conseilla de bien prier « Notre Seigneur et sa bonne mère la Vierge. »

 

  Le fantôme du château.

A Manneville sur Risle,  au château du Tourneur, toutes les nuits on entendait circuler un être invisible qui avait un pilon d’amputé.
On entendant le choc brutal de la jambe de bois alternant avec celui de la chaussure. Quand on allait voir, les pas venaient à vous et la lumière s’éteignait .
C’est le cocher du comte de Manneville  qui ébruita cette histoire. Il était brave, et plusieurs fois il monta au devant des pas dans le corridor du second qui était fait avec du plancher qui avait pourri. Il voyait les lames qui ployaient là où se produisaient les pas . Il résista 14 ans . Au bout de 14 ans n’y tenant plus, il changea d’employeur.

Pour être brave, il l’était,  14 ans, je ne serais pas resté 14 jours ou même 14 heures sans prendre les jambes à mon cou.

Les sorciers D’Arnières.

Journal « Rappel de l’Eure » 18 Mai 1895.

La jolie commune d’Arnières sur Iton fut le théâtre d’évènements si extraordinaires qu’on aurait pu croire que tous les démons de la terre s’y étaient donné rendez vous!

Madame Semalague, agée de 80 ans possède une vaste habitation située au centre du village.

Ayant perdu son mari depuis quelques mois,  cette dame   vit avec un vieux domestique qui loge à la maison pour effectuer de menus travaux . Depuis trois mois environ la brave dame se plaint d’insomnie, occasionnés par des bruits insolites : elle entend remuer la vaisselle et si elle allume la chandelle, elle ne voit rien . Elle dit recevoir des coups et lorsqu’elle va chercher ses voisins ils ne trouvent rien d’anormal au départ.

Où alors elle perd la boule,  ou elle noie son chagrin dans l’alcool, disent les voisins compatissants!

Mais ces derniers  devaient vite changer d’avis en voyant une magnifique fontaine en Vieux Rouen se détacher du mur et se briser en mille morceaux . Les pots de lait se fracassaient d’eux même à terre et se brisaient en miette . Les mauvais esprits avaient même de l’humour  puisqu’un fromage bien mûr atterrit sur le visage d’ un voisin venu voir le spectacle.

Une marmite se souleva de dessus le fourneau et vint faire un trou au plafond. Un autre témoin regarda même en dessous du lit pour voir s’il n’y avait personne, mais pendant qu’il était baissé, les rideaux du lit se déchirèrent dans tous les sens! 

Pendant que le chambardement se faisait à l’intérieur, ce n’était pas plus réjouissant à l’extérieur . Un levier se projeta dans une fenêtre brisant toutes les vitres. Un petit vase de fer partit d’un grenier voisin.

Madame Semalague ayant été demander de l’aide à la mairie, on dépêcha deux grands gaillards  qui se postèrent à la cuisine. Ils virent très nettement le couvercle de la marmite faire une promenade à travers la pièce en leur rasant les moustaches : cela leur suffit ils déguerpirent en prenant leurs jambes à leur cou.

Le sorcier et le curé des alentours vinrent à leur tour visiter la maison. Lequel des deux réussit à convaincre les esprits et à conjurer le mauvais sort? Nul ne le sait , mais toujours est-il que la maison de madame Semalague retrouva tout son calme!

 

 

 

 

 
  • Accueil
  • > Diableries en tous genres

Poltergest et esprits frappeurs. 19 avril 2015

Classé dans : Diableries en tous genres — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 46 min

 

D’après les journaux de l’époque et des rapports de gendarmerie.

 

 

 

La pharmacie de Saint Georges du Vièvre aujourd’hui

58a2f57c9d359_head_image_21151_0 pharmacie bonLes poltergests et esprits frappeurs sont des phénomènes qui ne sont pas explicables par les moyens actuels  de la physique habituelle et de la raison.

Ils ont été constatés par des rapports de gendarmerie, relatés par la presse mais on n’en sait pas plus.

Voici quelques exemples à faire rêver la nuit.

   La pharmacie de Saint Georges du   Vièvre.(Eure)  

A été le théâtre de faits divers constatés par les gendarmes dudit lieu . 

 Le mardi 17 décembre 1929 vers 17heures,  heure où la jeune bonne faisait  le ménage dans la pharmacie, un bocal de deux litres est tombé derrière mon dos et celui de la bonne.

Plusieurs bocaux de poudre  se sont promenés un peu partout, et sont tombés alors que la bonne était de l’autre côté de la pièce.
Puis la valse des bocaux a recommencé deux jours après , dont un bocal de naphtaline qui a contourné un meuble  pour aller se briser plus loin , mais de mieux en mieux : 4 jours après,  un mortier de vingt kilos s’est renversé de son socle et un bocal de 5 litres a franchi 4 ou 5 mètres avant de se briser avec un tel bruit que les voisins sont accourus pour voir comme au spectacle.

Le curé mis au courant dit qu’il y aurait bien du » jeteux de sort » la dedans.

Comme étrangement, les faits se produisent toujours en présence de la bonne , on s’est contenté de la congédier vite fait, bien fait, et le calme est revenu.  

 

 

 
 

CROISSANCE ECONOMIQUE RU-EU |
Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ROUEN 1900
| Mesfanfic1
| Timzeer