L'histoire et les légendes Normandes vues par Solange

Partage de l'amour de la Normandie

 

Le pot de chambre de la mariée. 15 septembre 2015

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 27 min

le pot de chambre de la mariée                (Ames sensibles s’abstenir.)
Bien que cette coutume a du  prendre  naissance dans l’Aveyron,  elle existait  dans nos campagnes normandes jusqu’au siècle dernier.

Le lendemain du mariage alors que les mariés étaient encore au lit,  on leur servait la » rôtie » et l’on devait trinquer  avec eux.

Pour peu que l’on soit encore embarbouillés de la     veille,  ça n’était pas forcément très   ragoûtant.

image crédit : ma liste de mariage.

Dans un pot de chambre tout neuf, (encore heureux)  on introduisait du vin blanc ou du champagne suivant le statut social, des alcools  forts restant de la veille  : chez nous, c’était du Calva. Côté solide,    des épices, du chocolat,    du boudin noir ou des bananes au choix,   le tout accompagné de PQ.

Cette mixture était censée redonner du tonus aux mariés épuisés (du moins on l’espère ) par la nuit de noce.

Si vous voulez un mariage original et inoubliable:  Tous à vos pots de chambre!

 

 

Rites et légendes de Noël 7 février 2015

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 16 h 34 min

 

La venue de notre seigneur, jour bénit entre tous, est l’objet de nombreuses croyances et superstitions: en voici quelques unes :

Chanter Minuit Chrétien dans une maison où la porte est close porte malheur . Le chanteur meurt dans l’année et le malheur frappe tous les assistants.

Si la lune n’éclaire pas durant la messe de minuit, les bergeries et les récoltes ne prospéreront pas. Le contraire aura lieu s’il fait clair.

On prétend que la nuit de Noël, les bœufs, les vaches, les chevaux peuvent parler  ou se mettre à genoux durant la consécration de la messe de minuit. On leur donne double ration , mais l’entrée des étables est strictement interdite. Les animaux auraient obtenu ces privilègespour avoir réchauffé le petit Jésus .

Les fragments de la bûche de Noël ou Tréfouet passent pour mettre à l’abri de la foudre les maisons où ils sont conservés, c’est pourquoi on les tire de leur cachette au moment où s’annonce l’orage en prononçant certaines paroles magiques. On craint très fort les orages à cause des toitures en chaume!

On se souhaite Joyeux Noël, en normand  »Bouon  Noué  »avant d’aller à la messe de Minuit.

Quelques uns refusent  de s’y rendre : mal leur en prend. Les deux contes suivants illustrent bien la punition céleste.

 

                                                                                  Le chat qui tournait la broche.

 

Le château de la Grimaudière,  à Tourouvre dans l’Orne  appartenait à Monsieur de Tourneboeuf  dont la famille entière était très catholique. Les fêtes de Noël arrivées,  toute la famille s’affaire pour se rendre à la messe de minuit comme le veut la coutume, sauf le propriétaire du château qui refuse de se joindre au groupe et répond en jurant comme un charretier  »qu’il préfèrerait être rôti tout vif plutôt que de se fourvoyer dans un tel acte de superstition ».

Hélas! lorsque la famille rentra au château , on trouva l’incrédule embroché dans la grande cheminée de la cuisine et rôtissant comme un simple poulet .

Un gros chat noir dans lequel on reconnut immédiatement le diable en personne faisait tourner la broche.  Il disparut en sentant le souffre et en poussant des ricanements sinistres.

 

Au Nord est de l’Eure  coule une petite rivière appelée la Lieure qui traverse plusieurs communes dont Rosay sur Lieure. Le paysage est magnifique et verdoyant. Ce lieu a pourtant été le théâtre d’un drame que je voudrais vous raconter ici.

 

                                                    La légende du Bain aux dames.

C’est la nuit de Noël et chacun se prépare pour aller à la messe de minuit.

Tout le monde, sauf la fille des châtelains qui a décidé qu’elle irait festoyer avec les seigneurs du coin . Ni  les reproches  de ses parents , ni  les craintes de ses servantes n’y feront rien. Vêtue de ses magnifiques atours,  elle fait atteler son plus beau carrosse et part fêter joyeusement Noël.

 C’est magique. La nuit sacrée est pleine de cantiques chantés par le peuple se rendant à la messe de minuit et de sons de cloches égrenant leurs notes cristallines.

Tout à coup, les chevaux s’emballent , descendent à bride abattue la côte appelée  »Côte des Indiens ».  Malgré les efforts du cocher et du postillon, rien ne peut les arrêter et le carrosse et la belle châtelaine se perdent dans les profondeurs de la Lieure.

Depuis cette époque, il arrive que la nuit de Noël le carrosse réapparaissent à la surface de l’eau et l’on peut apercevoir la belle  dans les profondeurs de la rivière.  

 

Il faut vous dire aussi que la nuit de Noël,  on peut se saisir des trésors cachés durant les douze coups de minuit . C’est vous dire s’il faut faire vite !    

Ordinairement, ils sont gardés par des démons, des esprits malins et  des animaux fantastiques qui doivent laisser leur cachette durant ce court instant.
Le conte que nous allons vous narrer se
serait passé dans la Manche dans un petit village nommé Vindefontaine ( près de La Haye du Puits).

    

                                                        La kanne d’or.

En normand une Kanne est un récipient où l’on recueille le lait . Dans ce conte, elle est censée contenir un trésor caché dans un tertre appelé la Butte des sieurs.

C’est pourquoi un amoureux et sa fiancée Jehan et Marie avaient projeté de devenir riche. Tandis que Marie se rendrait à la messe de Noël,  mine de rien, Jehan se trouverait sur la Butte des Sieurs à l’endroit où apparait le grand chien nommé Radja qui garde le trésor qu’avaient caché jadis des brigands nommés les Sieurs.

La nuit de Noël arriva,  Jehan partit vers le lieu de son rêve dans la soirée, tandis que sa jeune amie se rendait à l’église paroissiale: Quel bel office! Après que le prêtre  eut parlé de l’enfant jésus les trois chantres revêtus de leur chape brodée d’or entonnèrent les chants latins : Te deum, laudanum, te dominus  auquel répondit toute l’assistance.

A peine prononcé la formule qui termine  la messe le » ite missa est » la jeune Marie sort rapidement de l’église pour rejoindre son ami. Impatiente, effrayée elle court plus qu’elle ne marche,  elle suit le chemin du ruisseau de Colbec et arrive enfin à la Butte des Sieurs. Elle appelle son ami en vain …. il  a disparu aucune réponse ne lui parvient . Eplorée,  malheureuse elle chercha Jehan jusqu’au matin…
Dans la matinée, un berger allant fait paitre ses moutonssur la lande découvrit le corps inanimé de la gentille Marie morte par amour (Heureux temps où cela pouvait encore arriver!)

Depuis lors, par certaines journées de brumes, on peut deviner sur la lande l’âme des deux fiancés à la recherche l’un de l’autre.

 

 

 

 


 

 

 

 

les fêtes de la Saint Jean. 27 janvier 2015

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 23 h 17 min

 

la Saint Jean se fête lors du solstice d’été le 24 Juin .  cela donne lieu à de grandes réjouissances.
C’est le jour,  ou plutôt la nuit où a lieu le sabbat le plus important de l’année. je vous en parlerai  dans un prochain chapitre .

Avant que le soleil ne se lève,  les vieilles femmes un peu sorcières ou pas, à vous de juger, font la cueillette des herbes dites de la Saint Jean, à reculons, alors que la rosée est encore bien présente.  Parmi les plus connues : la bienfaisante Camomille, la Sauge , la Verveine, la Fougère mâle,  qui vous débarrassera des vers , mais aussi des maléfiques comme la Mandragore  et la Belladone hallucinatoires  dont les racines servent à la composition de philtres  magiques . La Datura ou herbe du Diable qui passe pour faire perdre la mémoire à l’ensorcelé à qui on a pu faire commettre des actes inavouables. la Drosera qui passe pour vous rendre invisible, et bien d’autres encore.

Toujours pour la guérison de toutes les maladies,  la veille de la Saint Jean,  il faut se rouler nu dans la rosée . On doit laisser la chemise que l’on portait en arrivant qui conservera  tous vos maux et remettre une chemise propre. Les tâches de son et la gale guériront ainsi également.

C’est le jour où l’on allume de grands feux avec des fagots et de la paille . Cette coutume perdure toujours dans les campagnes, mais le curé en habits sacerdotaux ne vient plus bénir le feu et l’on n’ emmène plus les tisons refroidis pour préserver de la foudre.

On doit ce jour là jeter les moutons à l’eau et on les passe dans la fumée du feu pour les préserver de la gale.

La baguette de coudrier (noisetier) coupée la veille, chasse les mauvais esprits, protège des fièvres et des épidémies. Par simple attouchement elle détruit les vipères.

L’ail cuit sous la cendre durant la nuit de la Saint Jean et mangé le lendemain préserverait de la fièvre durant toute l’année.   

   

 

 

 

les fêtes de Mai . 26 janvier 2015

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 14 min

 

La coutume des Mais résiste encore dans quelques campagnes. J’ai connu cela dans la région de Vernon dans les années 1980 .  Les  jeunes gens du pays se rassemblent pour offrir anonymement des bouquets aux jeunes filles à marier.    Chacun d’entre eux  a une signification précise: si vous trouvez un bouquet de lilas parfumé, quelqu’un pense amoureusement à vous : viendra t–il bientôt se déclarer? La jeune fille peut recevoir sur sa porte un bouquet d’aubépine: c’est signe de rupture, parce que dit-on la promise a un caractère  difficile et pointu comme une épine.

Quelqu’un met-il une branche de sureau?  Cela veut dire que la jeune  fille en question a le bras creux,  qu’elle est paresseuse!  Du sapin, et l’on a affaire à une fille volage ou bêcheuse, et si vous trouvez du cerisier sur votre porte c’est que l’on vous considère comme une fille facile.     

Autre coutume, celle qui  veut que l’on plante le I° Mai un arbuste arraché à la forêt voisine . Il est solennellement planté au milieu des danses effrénées.

La rosée de Mai a parait-il bien des vertus. Ainsi, si l’on voulait que le lait des vaches de votre voisin passe dans le pis des vôtres, il suffisait de se rendre le matin du premier Mai avant l’aurore dans le pré de celui-ci et de réciter quelques incantations:

Rosée de Mai, rosée de Mai 

Rousine, rousine

Dans ma potine

 

 

 

 

Vendredi Saint et Rameaux. 24 janvier 2015

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 17 h 29 min

 

Au fait que signifie la fête des rameaux ? 

  Dans le christianisme, on commémore l’entrée de Jésus dans Jérusalem,  où il fut acclamé à l’aide de palmes ou rameaux que l’on agitait sur son passage.

Les rameaux peuvent être, suivant la région du laurier, des branches d’olivier en Provence, ou plus communément du buis surtout en Normandie,  que l’on fait bénir à la messe.

Les  branches de buis placées sur le crucifix, au dessus de l’armoire, des bâtiments de ferme,  sont  destinées à protéger immeubles,  cheptel et habitants contre le malheur,  les calamitées atmosphériques et les épidémies.

  Cette coutume est encore vivace dans nos campagnes.

Il ne faut pas faire la lessive la semaine sainte, sinon quelqu’un de proche mourra dans l’année .
Cette superstition avait pour but de forcer l’assistance  au repos et ainsi chacun pouvait aller aux offices précédent Pâques.  En veux tu en voilà jusqu’à plus soif !

Demandez donc aux anciens!

On ne tue jamais le cochon la semaine du Vendredi saint,  certainement pour la même raison.

Les femmes viennent prendre de l’eau bénite le samedi des rameaux aussitôt qu’elle est faite afin d’être sûre que personne ne peut y toucher avant elles pour y jeter un maléfice.

La terre et les ossements humains ramassés durant la nuit du Vendredi saint dans trois cimetières différents peuvent servir aux sorciers  pour nuire à leur prochain.

Nous aurons  très largement l’occasion de parler de ces énergumènes.

Le lilas et la giroflée plantés le Vendredi saint seront doubles.

Pour être exaucé d’un vœu, il faut le formuler le Vendredi des rameaux à trois heures heure de la mort du Seigneur : il se réalisera.  

 

 

 

 

 

 

Rites carnavalesques 21 janvier 2015

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 39 min

 

 

Les habitants de la commune de Saint Georges du Vièvre (Eure) et des communes voisines avaient l’habitude d’organiser une mascarade à la fin du carnaval: déguisement, beuverie, coups de fusil.

Malheureusement en cette année 1849, un jeune homme a été touché par accident : cinquante grains de plomb lui ont été ôtés de la tête par un médecin. Ses jours ne furent pas en danger, mais espérons qu’il ne recommença pas:  que sa mésaventure lui aura  »mis un peu de plomb dans la tête ».  

La coutume était de faire une offrande aux vaches , afin qu’elles donnent toute l’année du lait à satiété.

Et la chronique nous dit:  » le prieur de l’hôtel de ville d’Evreux bailla le 2 mars 1441, vingt deniers pour faire les offrandes aux vaches de l’abbaye de Saint Sauveur.

Le Carnaval de Granville fait perdurer la coutume: On défile dans les rues, pleines à craquer où les déguisements rivalisent d’originalité .Puis on brûle sa Majesté Carnaval  devant la foule en délire.

 

 

Fêtes du Mardi gras.

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 20 min

 

 Une superstition en passant:

Pour éviter que le renard ne mange vos poules, préparer le jour du Mardi gras du bouillon d’andouilles et aspergez en le tour de votre maison et de votre poulailler.

 Profitons en,  pensaient  nos ancêtres le jour du mardi gras . Demain commence le carême jusques à Pâques, c’est un peu long:  40 jours sans viande ,sans produits laitiers, sans graisse ni  sucre!

Il est vrai qu’il y a la mi-carême mais en attendant !

 Weight Whatcher n’aurait pas fait recette à cette époque .

C’est pour cela qu’il  leur fallait  fêter dignement le Carnaval et manger des crêpes jusqu’à satiété. Un bon coup de cidre et un café arrosé par un bon calva, et vive la fête !

Quelque fois on buvait plus que de raison et ces carnavals donnaient lieu à des débordements .

Les habitants de Criquebeuf (Eure) brûlaient chaque année un mannequin en grande pompe pour clôturer le carnaval.

Un jour, l’un d’eux trouva plus amusant de sacrifier un âne à sa majesté Carnaval et le pauvre animal fut amené , brûlé et enterré suivant les rites carnavalesques.

Depuis ce jour on appela les habitants  » les brûleurs d’âne » .

Cette coutume devait perdurer un certain temps puisqu’un contemporain  Alfred Canel signale ce fait encore en 1858.

 

 

 

célébration des fêtes chez nos ancêtres.

Classé dans : Célébration des fêtes — histoiresetlegendesnormandes @ 11 h 50 min

 

La Chandeleur.

Chandeleur voudrait dire primitivement  »Chandelles de cire ».

A cette époque, l’on faisait des processions nocturnes à travers les champs pour chasser les mauvais esprits des intempéries.

On ne devait pas, malgré tout ça réussir à un résultat    car un dicton célèbre dit:

A la chandeleur l’hiver s’en va ou prend rigueur . 

Les cierges bénits à la Chandeleur préservent de la foudre si vous les allumez pendant l’orage.

Quand le temps est clair ce jour là, l’hiver est derrière.

Il faut faire sauter les crèpes sans les faire tomber, avec une pièce dans la main pour être riche toute l’année et écarter les puces.

Si l’on voit le jour de la Chandeleur beaucoup d’étoiles dans le ciel, il y aura beaucoup d’œufs. Mettre une crèpe enveloppée dans du papier en  haut de votre armoire.  

 Donnez des crèpes aux poules pour qu’elles donnent beaucoup d’œufs! et placez en  dans le verger pour avoir de beaux fruits !

Faites brûler un cierge ce jour là pour ne pas être cocu! 

  

 

 

 
 

CROISSANCE ECONOMIQUE RU-EU |
Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ROUEN 1900
| Mesfanfic1
| Timzeer