L'histoire et les légendes Normandes vues par Solange

Partage de l'amour de la Normandie

 

Petit fait divers Jumièges Agnès Sorel 26 juin 2015

Classé dans : Ciel mon Abbaye ! — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 26 min

220px-AgnesSorel3

La belle Agnès Sorel.

 Quel rapport y a t-il entre la première  maitresse officielle du Roi Charles VII et l’Abbaye de Jumièges?

  Voici la réponse : Son cœur a été déposé  dans un tombeau qui se trouve dans le logis abbatial.

Sa mort, véritable énigme,  en partie résolue par la science,  vaut bien que l’on s’y arrête un peu.

  Sitôt installée à Anneville, au Manoir de la Vigne,   tout près de Jumièges   par son Royal amant ,  après avoir mis au monde sa quatrième fille qui prématurée mourut en bas âge , elle fut prise de  » flux de ventre » et s’éteignit à l’âge de 26 ans .

Evidemment, ayant suscité  tant de jalousies,   on pensa qu’elle avait été empoisonnée et finalement les dernières recherches de la science donnèrent raison aux rumeurs.

Etant atteinte d’ascaridiose, petits vers qui  détruisaient sa santé,  elle fut traitée par des sels de mercure. Seulement, la dose retrouvée par les derniers chercheurs correspondent à 10.000 à   100.000 fois la dose thérapeutique  . Difficile de croire à une erreur médicale ! Il y a donc toutes les chances pour qu’elle ait été empoisonnée  VOLONTAIREMENT !

800px-TombeauAgnesSorel

On peut voir  le tombeau d’Agnès Sorel dans le logis     abbatial de l’Abbaye de Jumièges (Seine Maritime) qui est ouverte au public.

 

 

Petits faits divers : Abbaye de Troarn. 25 juin 2015

Classé dans : Ciel mon Abbaye ! — histoiresetlegendesnormandes @ 18 h 47 min

280px-Troarn_Abbaye_St_Martin_1

 

L’abbaye de Troarn où repose Mabille.

 

                        La Cruelle  Mabille de Bellême.

Sacrèe bonne femme que la Mabille ! Née en 1022 , elle avait fait construire avec son mari la fameuse abbaye de Troarn. Sa fille  y fut abbesse et dut  avoir fort à faire pour prier pour l’âme de sa maudite mère!

Femme de caractère, le Duc Guillaume le Conquérant lui confia la défense de la Normandie pendant qu’il guerroyait en Angleterre avec son mari  Roger de Montgomery .

On la disait petite, grosse et laide :  tout pour plaire en somme !  Sa cruauté était sans limites. Un exemple parmi tant d’autres  : afin de garder les châteaux qu’elle possédait aux alentours et qui devaient revenir de droit à ses beaux frères,  elle les fit proprement empoisonner . Elle avait tellement d’ennemis que 100 hommes étaient nécessaires à sa garde rapprochée.

Pourtant le châtiment,  on ne peut plus terrestre arriva bien vite! Trois de ses ennemis jurés parvinrent à s’introduire dans la forteresse de Bures près de Caen où elle séjournait et la décapitèrent sans autre forme de procès alors que nue,  elle sortait de son bain.

Elle sera enterrée dans l’abbaye de Troarn.       

 

 

 

Abbayes : La Trappe, petits faits divers, suite. 24 juin 2015

Classé dans : Ciel mon Abbaye ! — histoiresetlegendesnormandes @ 16 h 10 min

 

 

                                               Armand de Rancé, moine de la Trappe

 

220px-Armand_Bouthillier_Rance

 Regardez bien ce personnage austère: il s’appelle Armand de Rancé,  moine de la Trappe,  abbaye à la limite du Perche et de la Basse Normandie . Il est le filleul de Richelieu.

Regardez mieux l’image: sur son écritoire est posé un crâne qui ne le quittera plus jamais.

Je vais vous  narrer son histoire peu commune.

A 11 ans, Armand est  promu chanoine de Notre Dame de Paris.  Son parrain magnanime lui ajoute les bénéfices de cinq abbayes .
Une vie insouciante s’ouvre à lui .
Tout lui réussit, de brillantes études, il mène grand train avec les plus beaux équipages et   une vie mondaine frisant la débauche,  jusqu’au jour où le destin  lui fait croiser la Duchesse de Montbazon de 14 ans son ainée.

La liste des amants de la belle  serait trop longue pour tenir en haleine jusqu’au bout le lecteur , elle connait  toutes les alcôves des grands de ce monde.L’on dit d’elle que  personne ne  possède  autant de vices, ce qui n’empêche pas Armand de Rancé d’être fou  amoureux d’elle, jusqu’à ce qu’elle ne soit  touchée par une rougeole qui devait la faire passer de vie à trépas. 

Dès l’annonce de sa mort,  fou de douleur, son amant moine accourt: elle est dans son cercueil, décapitée.  L’apothicaire qui a fait cela n’a pas trouvé un cercueil assez grand .

Un jour lors d’un office, Armand est touché par la grâce: «  J’ai contribué à ruiner les abbayes que mon parrain m’avait données,   jai mené une vie de débauche et dilapidé des fortunes je réparerai ».

Il distribua tous ses biens, ses carrosses, son or et vint s’installer à la Trappe où l’on pratiquait le silence, le jeûne, la réclusion.

A la Révolution, la Trappe servira de carrière de pierre, et il faudra attendre le XIX° siècle pour voir renaître l’abbaye  où, sous la conduite de leur abbé, 30 moines vivent encre ici dans le silence, l’évangile et le travail. 

Les moines vendent leurs produits,  accueillent des groupes et peuvent vous accueillir pour une retraite. Bon courage!   

 

 

Abbayes : St Georges de Boscherville : petits faits divers.

Classé dans : Ciel mon Abbaye ! — histoiresetlegendesnormandes @ 15 h 11 min

 

abbatiale-saint-georges-de-boscherville 

L’Abbaye Saint Georges de Boscherville  près de Rouen.

 L’Abbaye de Saint Georges de Bocherville  est une vieille dame Romane de 900 ans. Elle est  ouverte au public !

                                                                                Carnet mondain.

David Hallyday et Estelle Lefébure se  sont mariés le 10 Septembre 1989 sous les grandes voutes de son église abbatiale.

Le Sénateur Maire de Rouen durant vingt cinq ans, Monsieur Jean Lecanuet   y est inhumé avec son épouse malgré les polémiques des défenseurs du patrimoine qui estiment que des personnages politiques n’ont rien à faire ici.

 Pourquoi pas le  Panthéon?

 

 

abbayes et leurs fantômes : Saint Wandrille 14 juin 2015

Classé dans : las abbayes et leurs fantômes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 19 min

saint wandrille           

 Abbaye de Saint Wandrille-Rançon . 

L’abbaye de Saint Wandrille (Seine Maritime)   fut construite en 649 sous le Roi Dagobert : Vous savez celui qui avait mis sa culotte à l’envers!  Le Saint était justement son premier ministre avant de faire ériger le bel édifice construit non loin de la Seine. 

Je connaissais l’histoire d’un moine dépravé nommé De Gruchy,  aidé par une bande de malfrat qui volèrent des objets de grande valeur, une croix , un calice en or ainsi que de précieux manuscrits de la bibliothèque ,  le tout rescapé des guerres de religion.

L’un d’eux nommé Fournage fut livré à la justice des hommes , pendu et déchiré en lambeaux, quand à Gruchy il dut connaître les affres de l’enfer qui se manifestèrent sur son tombeau: Il sortait tous les jours de son sépulcre une si grande quantité de crapauds que les moines eurent toutes les peines du monde à s’en débarrasser et ce, des mois durant.

 Si vous êtes convaincus que l’on peut communiquer avec les esprits à l’aide de tables tournantes: écoutez bien cela ! Je viens de la trouver par hasard.

Dans les années 1907 vivaient dans les locaux encore habitables de l’abbaye,  l’écrivain poète Maurice Maeterlinck et son amie Georgette Leblanc cantatrice,  cette Georgette là étant la sœur de l’écrivain Maurice Leblanc que l’on connaît à travers Arsène Lupin: Que du beau monde!

La soirée s’achève et l’un des invités invite les convives présents à se plier à une séance de table tournante. Pas très convaincu Maeterlinck  reste à l’écart en observateur. Et un esprit se manifeste…. Il dit être l’ancien prieur de l’abbaye au XVII° siècle, qu’avait-il commis de grave pour  que son âme erre  pour sa pénitence  comme il le prétend ?

Il réclame  que l’on prie pour lui et finit par divulguer l’emplacement de sa tombe dans la galerie du vieux cloitre en 1693 .

Le lendemain on rechercha la pierre tombale cachée à l’endroit indiqué par l’esprit.  Effectivement on trouva une vieille tombe  avec les initiales A D 1693. Bluffant non?

 

 

L’abbaye normande la plus hantée: Mortemer 13 juin 2015

Classé dans : las abbayes et leurs fantômes — histoiresetlegendesnormandes @ 19 h 09 min

Ancienne_abbaye_de_Mortemer_-_Lisors_-_Eure_- L’abbaye de Mortemer .

L’abbaye de Mortemer située entre Lyons la Forêt  et Lisors dans l’Eure,  aurait le triste privilège  d’être l’abbaye la plus hantée de France.  Construite au XII° siècle,  le lieu de sa construction a été admirablement choisi par les moines bâtisseurs autour d’un superbe étang.

Pourtant de sombres drames se sont déroulés en ces lieux.
Mathilde l’Emperesse, petite fille de Guillaume le Conquérant aurait été emmurée durant cinq ans par son père Henri I° et revient hanter ces lieux de souffrance sous la forme d’une dame blanche ou noire selon les évènements à venir.  

On y aurait rencontré un goubelin prenant l’apparence d’un chat.  

 Durant la révolution quatre moines furent assassinés dans le cellier par les révolutionnaires avides de sang :  un cinquième aurait échappé au massacre et aurait divulgué ces faits.

Le bruit d’une crécelle invisible invitant à la prière aurait fait chaque jour apparaitre les quatre moines défunts venus assister  aux offices dans l’église en ruine . 

Durant la dernière guerre mondiale les allemands avaient choisi ce lieu comme quartier général pour leur assurer espace et tranquillité. C’était sans compter sans les autres résidents occupant la place depuis plus de deux cent ans qui revendiquaient eux aussi leur tranquillité.

Dérangés, les quatre moines ne cessèrent de sangloter dans les sous-sols de l’abbaye . Agacés, les allemands qui avaient la gâchette facile,  essayèrent leurs armes sur les spectres, en vain, les lamentations des fantômes redoublant d’intensité,  les obligèrent à laisser le terrain libre et à chercher des lieux plus paisibles à leur installation.

Plus près de nous, dans les années 1950, un gardien fut affecté à l’entretien de l’abbaye et à la sauvegarde de ces lieux.
Excédé par le voisinage des indésirables de tout poil qui hantaient les parages, il préféra leur laisser le champ libre.

On peut visiter l’abbaye :  nombreux sont les visiteurs  qui espèrent rencontrer au détour du chemin les ombres du passé.   

 

 

le trou au loup 5 juin 2015

Classé dans : légendes normandes — histoiresetlegendesnormandes @ 17 h 33 min

Dampsmesnil_-_Allée_CouverteL’allée couverte de Dampmesnil.

Le garde champêtre fut très longtemps une figure locale dans les villages durant des siècles.
Parmi ses principales attributions, il avait en charge de prendre sur le fait les enfants chapardeurs , mais aidé de son tambour, il avait aussi le rôle d’annonceur.

Avis à la population ! : ce 29 Juin 1894, a été assassiné le président de la République Sadi Carnot , sans réaction des villageois( pas l’air plus attristés que ça,)  il continue à débiter un communiqué qui suscite plus sûrement leur intention.

 »Le maire annonce que des messieurs de Paris vont venir explorer » le trou au loup » et ces derniers demandent trois gars solides pour les aider durant cinq jours:  »six francs, c’est bien payé » et il termine son discours par la phrase rituelle  »qu’on se le dise » !

On s’en alla débattre de la chose devant un verre de cidre au café  »le bon coin », et comme en Normandie on ne part pas sur une jambe, » on rhabilla le gamin », terme pour dire que l’on recommanda  un autre verre puis un autre.

-Je me demande bien ce que ces » savants » là vont trouver la dedans ,

-On disait jadis qu’il y avait sûrement un trésor , mais personne n’y est jamais aller voir!

Jusque-là, le vieux Maxime assis dans son coin ne s’est pas mêlé de la conversation, mais entre deux bouffées de son brûle gueule, d’un air doctoral il déclame:

- Voyez vous ! j’ai l’âge de vous donner des conseils, bien que ça ne me regarde point, mais moi j’aurais pas confiance en des gens qui payent trop : d’où c’est qui z’ont leurs sous ?

-Et pis autre chose  »le trou au loup  »on ne sait pas ce que c’est,  et c’qu’on connait pas, et ben faut pas y toucher !

-C’que j’vous en dit, c’est histouère d’en causer mais à vos places, j’irais pas !

-Rappelez- vous quand on chassait les lapins qui s’terraient, on n’les r’voyaient jamais . Le furet à Nicolas n’y est point ressorti et quand il a essayé en écartant les pierres et les broussailles d’y faire entrer son chien, la bête elle a pas voulu, elle s’est  »ensauvée » la queue entre les pattes comme si le clébard, avait flairé la mort ou vu le Diable en personne.

-Pour sûr qu’il y avait de drôles de choses la- dedans!

-Mais tout ça, c’est des menteries !

-Menteries ou pas, y’a quand même des choses qu’on n’explique pas ! Pourquoi on appelle ça le trou au loup!, y’a une raison c’est qu’à plusieurs reprises on a vu sortir de là dedans  des loups énormes : d’abord, qui dit que ces loups là venaient pas des enfers?

L’aubergiste offrit une tournée générale histoire de détendre un peu l’atmosphère, voyant le moment où l’affaire (l’hébergement des archéologues )allait lui passer sois le nez.

-N’écoutez pas de pareilles sornettes ! s’il y avait un risque les messieurs de Paris ne s’y frotteraient pas !

A la perspective de gagner trois francs six sous, Victor se lance: Si Timothée et Jules y vont, j’y vais aussi !

Le jour fatidique arrive: heureusement que les  »savants  »se sont fait accompagner par les riverains, le chemin est impraticable! il faut débroussailler pour le retrouver. Seule la connaissance parfaite  du secteur permet aux trois guides improvisés de monter jusqu’à l’endroit où il ne passe plus personne depuis des lustres . Ils ont tellement chassé et même braconné dans le secteur qu’ils ne risquent pas de s’égarer. Oh ! pensent-ils,  y vont  êtes déçus les Parigots,  y’a rien à voir!

Pourtant ce n’est pas l’avis des archéologues qui font débroussailler jusqu’au moment où ils découvrent deux énormes  pierres plates  partiellement couvertes de terre.
Les premiers travaux du matin permettent de constater que ces pierres reposent sur d’autres dalles plantées verticalement  et bientôt les piocheurs s’emploient à dégager ce qui fut un vestibule.

-Un vestibule ! c’est comme dans les châteaux et les maisons bourgeoises fait remarquer Timothée!

-Sauf qu’ici, ça s’appelle une allée couverte et que ça représente un tombeau !

-Tout cela date de plusieurs milliers d’années ,  et fait assez rare,  ce monument comporte une sculpture représentant des seins de femme.

Timothée ouvre de grands yeux  : elle a quand même de drôles de nénés faut s’savoir !

La première trouvaille est un amas de tessons de poterie, sans doute les débris de plusieurs urnes funéraires, mais il en manque beaucoup trop pour espérer reconstituer quelque chose . Bientôt, apparaissent des ossements identifiés comme  des ossements humains . Les dents en bon état prouvent qu’il s’agit de sujets jeunes , l’espérance de vie ne dépassant pas 30 ans à l’époque.
Puis nos deux archéologues découvrent deux haches polies, une pointe et une perle en os , des dents d’ours, de cheval et de canidés.

-Alors ce n’est pas l’entrée d’un souterrain demande Timothée?

-Mais non, vous voyez, c’est fermé au fond: c’est simplement un tombeau !

Nos deux  »savants  »sont conscients de leur maigre butin :  dommage que le  site ait été fouillé voire saccagé par le passé !

-Avons nous quand même fait du bon travail ?

-Pourquoi dis tu ça?

-Je n’en suis pas si sûr! On leur a révélé l’existence d’une allée couverte dont ils ignoraient l’existence mais on a détruit autre chose.
-Quoi donc ?

Une belle légende celle  du trou au loup !

 

 
 

CROISSANCE ECONOMIQUE RU-EU |
Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ROUEN 1900
| Mesfanfic1
| Timzeer